/travel/usa
Navigation

Dog Mountain et sa chapelle pour chiens!

Pour atteindre Dog Mountain, il faut se rendre un peu à l’extérieur de St. Johnsbury et surveiller cette sculpture qui indique où il faut tourner.
Photo Lise Giguère Pour atteindre Dog Mountain, il faut se rendre un peu à l’extérieur de St. Johnsbury et surveiller cette sculpture qui indique où il faut tourner.

Coup d'oeil sur cet article

ST.JOHNSBURY, Vermont | Il arrive parfois qu’une petite idée toute simple prenne des proportions que l’on n’aurait jamais pu imaginer. C’est le cas de Dog Mountain où, chaque année, des milliers d’amoureux des chiens viennent rendre hommage à leur toutou disparu.

St. Johnsbury se trouve dans la région du nord-est du Vermont. Ce lieu, séparé du reste de l’État par les Green Mountains, était à peu près inconnu des touristes jusqu’en 2000 alors que l’auteur, illustrateur et sculpteur Stephen Huneck a fait construire la seule chapelle au monde dédiée aux chiens.

L’intérieur de la petite chapelle.
Photo Lise Giguère
L’intérieur de la petite chapelle.

Une belle histoire

C’est une chute dans les escaliers de son atelier qui a provoqué le coma de Stephen Huneck. À son retour à la vie, ayant dû réapprendre à lire, à marcher et à écrire, il a un jour constaté que le mot God (Dieu) si on le regardait dans un miroir se lisait Dog (chien). Il en a été bouleversé.

Retrouvant la souplesse de ses mains, il réalise Life Is A Ball (La vie est une balle), une gravure qui demeure à ce jour l’une de ses œuvres les plus chères et parmi les plus emblématiques.

Puis, cédant à une vision, il construit une petite chapelle sur une colline verdoyante, près de son atelier. Son rêve d’y attirer des amoureux des chiens a dépassé toutes ses espérances. Aujourd’hui, Dog Mountain est l’attraction touristique la plus populaire du nord-est du Vermont.

La charmante petite chapelle de Dog Mountain.
Photo Lise Giguère
La charmante petite chapelle de Dog Mountain.

Un rendez-vous avec l’émotion

La petite chapelle blanche, dotée d’un clocher, d’un chœur, de vitraux et de bancs comme une véritable église, n’est pas qu’un endroit charmant, c’est un lieu de rencontre et d’émotion.

À l’intérieur, les vitraux montrent des images de chiens caressés par des mains humaines, les bancs sont ornés de chiens assis et un beau labrador noir muni d’ailes trône même sur un piédestal. On apprendra plus tard qu’il s’agit de Sally, son labrador adoré qui lui a inspiré de nombreux livres pour enfants et de nombreuses sculptures.

Sur les murs, des milliers de petits papiers, du genre que l’on retrouve dans les endroits de culte pour remercier de faveurs obtenues, couvrent chaque centimètre carré. Ce sont des photos et des messages provenant de maîtres du monde entier, qui remercient leur fidèle compagnon de tout ce qu’il a apporté dans leur vie. L’ensemble est touchant et, pour peu que l’on ait perdu un animal, de vives émotions refont surface.

Le beau labrador noir se retrouve un peu partout dans l’œuvre de Huneck.
Photo Lise Giguère
Le beau labrador noir se retrouve un peu partout dans l’œuvre de Huneck.

Même les chiens qui sont bienvenus à l’intérieur (ils ont même leur propre porte) s’y comportent sagement comme s’ils sentaient que ce lieu est spécial.

À l’extérieur, ils gambadent librement, sans laisse et sans contrainte !

Une œuvre qui doit perdurer

Huneck a décrit Dog Mountain comme la plus grande œuvre de sa vie. Depuis son décès, en 2010, et celui de son épouse Gwendoline, trois ans plus tard, Dog Mountain est géré par une association à but non lucratif, Friends of Dog Mountain (FODM), créée en 2015 par la famille et des amis.

L’endroit survit grâce aux dons et achats effectués dans la boutique où se trouvent de nombreuses œuvres du sculpteur. Fantaisistes et amusantes, ces dernières ont su séduire de nombreuses personnalités, dont l’actrice Sandra Bullock, le Dr. Phil McGraw et de nombreuses autres célébrités.

► Info : dogmt.com