/investigations/polices
Navigation

L’ex-PDG d’une agence de transports aurait favorisé deux entreprises

Il aurait suggéré pour un contrat le nom d’une compagnie soupçonnée ensuite de collusion

JOEL GAUTHIER
Photo d'archives Joël Gauthier, un ancien président-directeur général de l’Agence métropolitaine de transports et ex-directeur général du Parti libéral du Québec s’est retrouvé dans la ligne de mire des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption qui ont mené le projet Mâchurer.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien PDG de l’Agence métropolitaine de transports Joël Gauthier aurait favorisé l’octroi d’un contrat de déneigement à une entreprise dont les dirigeants l’invitaient régulièrement au restaurant.   

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a reçu ces allégations dans le cadre de son enquête Mâchurer sur le Parti libéral du Québec à l’époque de Jean Charest.  

Les détails de ce témoignage sont contenus dans le livre PLQ inc., de notre Bureau d’enquête, en librairie depuis quelques jours.  

François Prénovost, copropriétaire d’une entreprise d’entretien de voies ferrées, Rail-Term, a raconté aux policiers qu’une ou deux fois par année, il invitait M. Gauthier au restaurant.  

Un autre copropriétaire de Rail-Term, Geoffrey Chambers, un ex-vice-président du Parti libéral du Québec (PLQ) qui connaissait M. Gauthier, était « régulièrement » présent.  

« Les discussions tournaient autour des services de Rail-Term. Nous avions des billets de saison de hockey et nous en avons offert à des employés de l’AMT [l’Agence métropolitaine de transports]. J’en ai possiblement donné aussi à Joël Gauthier », a dit M. Prénovost à l’UPAC.  

Lui-même ex-directeur général du PLQ, de 1999 à 2003, M. Gauthier a récemment participé à un événement partisan regroupant plusieurs militants libéraux influents, dont Jean Charest, dans un restaurant de Montréal.   

Le gouvernement de M. Charest a nommé M. Gauthier à l’AMT, où il est demeuré jusqu’en 2012.  

Déneigement  

M. Prénovost a raconté à l’UPAC que Joël Gauthier souhaitait que Rail-Term, qui avait déjà un contrat avec l’AMT, s’occupe du déneigement pour l’organisation connue aujourd’hui sous le nom d’exo.  

M. Prénovost jugeait toutefois ce type de contrat peu rentable, car son entreprise n’avait pas l’équipement. Malgré tout, il a suivi le conseil de M. Gauthier.   

Quand Rail-Term a obtenu le contrat de déneigement, en 2011, M. Prénovost a reçu un appel de Joël Gauthier.  

Commission Charbonneau  

« Il m’a dit que même si je n’étais pas le plus bas soumissionnaire pour la cour de Vaudreuil, il avait persuadé l’équipe aux achats de nous choisir dans le but de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier », a-t-il raconté à la police.  

M. Gauthier aurait également suggéré à Rail-Term de recourir à un sous-traitant pour le contrat, mais cette association, avec Excavations Gilbert Théorêt, ne s’est pas concrétisée.  

En 2012, deux témoins ont allégué devant la commission Charbonneau qu’Excavations Gilbert Théorêt était impliqué dans un système de collusion.  

Dans les coulisses de l’enquête inachevée  

  

Un livre-choc de notre Bureau d’enquête révèle ce que la police a appris en s’intéressant aux allégations de financement illégal au Parti libéral du Québec.