/news/consumer
Navigation

Québec s'attaque aux électroménagers domestiques

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault mettra en place un nouveau règlement afin d'accélérer la récupération et la valorisation des électroménagers, considérés comme de grands émetteurs de gaz à effet de serre, a appris TVA Nouvelles.

Le ministre de l'Environnement débloquera huit millions de dollars par année pour financer cette mesure qui permettra de récupérer les gaz réfrigérants et les mousses des gros électroménagers comme les réfrigérateurs, les congélateurs, les cuisinières, les climatiseurs, les lave-vaisselles, les laveuses et les sécheuses qui sont souvent abandonnés lors des déménagements et des grosses collectes.

«C'est sans doute la mesure la plus importante des dernières années», affirme Benoit Charette. «On veut récupérer ces gaz, on veut les revaloriser. On veut faire en sorte que les mousses, les plastiques, le métal soient aussi traités. On n’y va pas d'une mesure cosmétique, il fallait s'assurer de résultats», soutient le ministre de l'Environnement.

Les producteurs auront jusqu'au 5 décembre 2020 pour se conformer au règlement.

«Ce sont les détaillants, les marchands, les compagnies qui auront à s'organiser pour mettre en place le système que l'on supporte», déclare M. Charette.

Pas un dollar pour les consommateurs

Le ministre assure que cette mesure que les producteurs mettront en place ne coûtera pas un dollar de plus aux consommateurs.

«C'est la beauté du programme, dit-il. On met de l'avant et on finance tout ce système. Sans cette mesure, le contribuable aurait eu à payer des écofrais de 70 dollars par frigo acheté, c'est entièrement assumé par le gouvernement du Québec. On parle de 90 millions de dollars pour une période de 10 à 11 ans», souligne M. Charette.

Les producteurs auront jusqu'en 2024 pour se conformer aux taux de récupération fixés par le gouvernement, qui affirme que cette mesure va permettre de réduire les GES de 200 000 tonnes par année, l'équivalent de 60 000 voitures.

Une manne pour les récupérateurs spécialisés

Les dirigeants de PureSphera de Bécancour, une entreprise spécialisée dans la récupération des gaz réfrigérants et des mousses des gros électroménagers, attendaient ce règlement. L'usine arrive à récupérer 96 % des gros appareils.

«On réussit à récupérer les gaz réfrigérants, mais aussi les gaz qui sont présents dans la mousse isolante d'un frigidaire», souligne Jean Shoiry, le chef de la direction de PureSphera, qui détient le brevet canadien pour récupérer les gaz contenus dans les mousses.

«Un frigo, ajoute-t-il, c'est l'équivalent d'une voiture qui fait 17 000 kilomètres par année, trois tonnes de CO2 retirées.»

Au Québec, une fois la mesure mise en place, la compagnie pourrait récupérer 300 000 frigos par année.