/news/politics
Navigation

Réforme linguistique: le français obligatoire pour les immigrants

Réforme linguistique: le français obligatoire pour les immigrants
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Les nouveaux arrivants ne pourront pas communiquer en anglais avec l’État québécois, que ce soit pour obtenir des services ou pour recevoir des factures, affirme Simon Jolin-Barrette.

Avec la réforme linguistique du gouvernement Legault, seules la minorité historique anglophone et les membres des Premières Nations pourront communiquer en anglais avec l’État, a révélé le ministre responsable de la langue française, lundi.

«C’est important que ceux qui bénéficient de l’exception historique la conservent, mais pour toutes les autres personnes, incluant les nouveaux arrivants, ça se passe en français», a-t-il affirmé.

ÉCOUTEZ l'entrevue du ministre Simon Jolin-Barrette à QUB Radio:

Pas de politique linguistique

M. Jolin-Barrette réagissait à la publication d’une étude du Conseil supérieur de la langue française (CSLF) sur les pratiques linguistiques des ministères et organismes, commandée à la suite d’un reportage du Journal.

Le rapport affirme entre autres que près de la moitié des fonctionnaires ayant des communications orales avec des entreprises établies au Québec n’utilisent pas seulement le français. Plusieurs ministères n’ont même pas de politique linguistique, et les fonctionnaires ne connaissent pas tous la loi.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Il y a près d’un an, Le Journal révélait qu’Hydro-Québec envoyait désormais des factures unilingues anglophones plutôt que bilingues aux 400 000 consommateurs qui l’ont demandé. Cette décision irritait le gouvernement Legault, mais respectait la Charte de la langue française.

Mettre la machine au pas

Le ministre a maintenant l’intention de mettre la machine gouvernementale au pas, incluant Hydro-Québec.

M. Jolin-Barrette veut forcer les ministères et organismes à se doter d’une vigoureuse politique linguistique. Les communications avec les entreprises devront impérativement se faire en français.

  • Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, est revenu sur le sujet à QUB Radio:

Le critique péquiste en matière de langue, Joël Arsenault, se range derrière le ministre Jolin-Barrette lorsqu’il est question des communications avec les entreprises. Il s’agit d’une demande de longue date du PQ.

Il se questionne toutefois sur la mise en application de l’interdiction des communications en anglais avec les nouveaux arrivants. « C’est une différentiation qui me semble assez difficile à faire sur le plan légal », a-t-il affirmé.

-Avec la collaboration de Guillaume Pelletier, Agence QMI