/news/education
Navigation

Alcool, bijoux, frais de voyage gonflés: des dépenses douteuses pour une commission scolaire

GEN-Édifice de la  CSEM
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Achat d’alcool lors de réunions, cadeau de chez Swarovski, frais de voyage démesurés. Déjà pointée du doigt pour de graves lacunes de gestion, voilà que la Commission scolaire English-Montréal risque de devoir justifier des dépenses douteuses que des enquêteurs du ministère de l’Éducation ont relevées dans ses livres.

Alors que débutent aujourd’hui les consultations particulières sur le projet de loi qui éliminera les élus scolaires, la CS English-Montréal (CSEM) se retrouve de nouveau dans l’embarras. 

Il y a deux mois, Le Journal révélait que des enquêteurs du ministère de l’Éducation sont arrivés à la conclusion que l’organisme est «dysfonctionnel» et incarne l’un «des pires cas de gouvernance» que l’on puisse imaginer. Mais ce n’est pas tout. 

Selon nos sources, les enquêteurs ont aussi constaté des dépenses irrégulières effectuées par des commissaires de la CSEM à partir du budget de 350 M$ de fonds publics que reçoit l’organisme. 

Leurs conclusions se retrouveront dans le rapport d’enquête final qui sera rendu public par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, au moment où il fera connaître le sort qu’il réserve à la CSEM. Cette décision sera connue «sous peu», a appris Le Journal.

Jean-François Roberge<br>
<i>Ministre de l’Éducation</i>
Photo Agence QMI, Simon Clark
Jean-François Roberge
Ministre de l’Éducation

Alcool à flots

Entre août 2016 et juin 2018, le vin coulait à flots lors de plusieurs réunions du conseil des commissaires de la CSEM. 

Selon nos sources, les enquêteurs du ministère de l’Éducation ont dénombré l’achat de dizaines de bouteilles d’alcool totalisant des centaines dollars, pour des réunions d’élus de l’organisme. 

Certains de ces achats auraient été effectués sans aucune justification. 

Des cadeaux offerts à des employés en guise de reconnaissance ou à l’occasion d’une retraite ont aussi fait sourciller les représentants du ministère. 

C’est le cas, par exemple, d’une montre de chez Swarovski pour laquelle les contribuables ont payé plus de 400 $, ont affirmé plusieurs sources au Journal

Certaines pratiques de remboursement de la CSEM sont également remises en question par les enquêteurs du ministère. 

Selon nos informations, ceux-ci ne s’expliquent pas pourquoi l’organisme rembourse les élus scolaires pour les déplacements qu’ils effectuent entre leur résidence et le siège social de l’organisme. 

Les enquêteurs s’interrogent aussi sur la pertinence pour la CSEM d’avoir réservé pas moins de sept chambres d’un luxueux hôtel de Boston, en novembre 2017, pour permettre à ses représentants d’assister, pendant trois jours, à une conférence. 

Selon nos sources, cela a coûté près de 12 000 $ aux contribuables. 

«Pourries et démesurées»

Ces révélations arrivent à point nommé pour la CAQ, qui s’apprête à essuyer les critiques du lobby des commissions scolaires, dans le cadre des consultations sur son projet de loi qui abolira les élus scolaires, en mars prochain. 

«Les dépenses observées à English-Montréal sont pourries et démesurées. Elles démontrent l’importance de dépolitiser le réseau pour que les fonds publics soient mieux gérés», estime une source proche du dossier, avec qui Le Journal s’est entretenu.  

► Des dépenses étonnantes  

  • Des centaines de dollars d’alcool, pour des dizaines de bouteilles, remboursées pour des réunions d’élus scolaires entre 2016 et 2018 
  • Généreux cadeau de retraite : une montre Swarovski et des fleurs 
  • Multitude de remboursements effectués sans justification, dont certains montants élevés 
  • Plus de 1100 $ pour des chocolats offerts à l’équipe de gestion 
  • 12 000 $ pour une conférence de trois jours à Boston (7 chambres d’hôtel) 
  • 5000 $ pour rembourser le kilométrage parcouru entre la résidence des commissaires et le siège social de la CSEM en 2016-2017  

Les libéraux savaient mais n’ont rien fait 

Les libéraux étaient au courant des lacunes de gestion observées à la CS English-Montréal, mais ne sont pas intervenus. 

Selon ce qu’a appris Le Journal, un rapport d’enquête effectué en 2010, à l’époque du gouvernement de Jean Charest, recommandait aussi la mise sous tutelle de l’organisme. Ce rapport n’a toutefois pas été rendu public. 

Selon nos sources, les enquêteurs ont constaté que cette décision avait causé beaucoup d’amertume chez les témoins qu’ils ont rencontrés au sein de la CSEM. 

Elle aurait aussi contribué à laisser la situation se détériorer, estiment des observateurs contactés par Le Journal

130 000 $ sans appel d’offres

Selon plusieurs sources, les enquêteurs soulignent d’ailleurs, dans leur rapport, que l’organisme a octroyé un contrat de près de 130 000 $ sans appel d’offres, en 2018-2019, ce qui contrevient aux règles du Conseil du trésor.  

► Le rapport d’enquête s’interrogerait aussi sur le peu d’intérêt que les élus de la CSEM accordent au budget de l’organisme et sur les coûts d’administration qui y sont plus élevés qu’ailleurs.