/finance/opinion/columnists
Navigation

Montréal en effervescence

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi Montréal intéresse-t-elle tant les étrangers ? Parce que Montréal est mondialement reconnue comme étant un endroit paisible, beau, bon et relativement pas cher.

Autre énorme atout : son multiculturalisme fait en sorte qu’il est relativement facile pour les étrangers de se débrouiller à Montréal, que ce soit en français, en anglais, en chinois, etc.

Dans son étude de la région administrative de Montréal, l’économiste Chantal Routhier du Mouvement Desjardins trace un portrait fort élogieux de Montréal. Pour ce faire, elle s’appuie sur diverses enquêtes menées par des organisations externes.

Et voici comment Montréal figure dans divers palmarès repérés par Mme Routhier.

Au niveau du tourisme, précise Mme Routhier, le multiculturalisme montréalais a permis à la ville de se démarquer en 2018 en arrivant au premier rang des villes en Amérique qui ont accueilli le plus de congrès internationaux. Selon l’Union des associations internationales, Montréal a accueilli 108 congrès internationaux, comparativement à 79 pour Toronto, 57 pour New York, 39 pour Washington et 38 pour Buenos Aires.

Dans le secteur de l’enseignement, Montréal arrive, sur 125 villes évaluées, au 6e échelon mondial des meilleures villes universitaires, d’après le classement de Quacquarelli Symonds.

En Amérique du Nord, imaginez-vous que Montréal est arrivée en première position.

Concernant la « meilleure stratégie d’attraction des investissements directs étrangers », Montréal figure à la 3e place du prestigieux classement American Cities of the Future 2019-2020 du FDI Intelligence. Elle a été devancée par New York et Chicago.

Autre honneur : la région métropolitaine de Montréal se classe dans le top 5 des centres mondiaux de production de jeux vidéo, en compagnie de Tokyo, Londres, San Francisco et Austin.

De plus, Mme Routhier rappelle que la ville de Montréal a été positionnée parmi les villes les plus abordables au monde au chapitre du logement et de l’inflation. Sur les 209 villes les plus chères du monde, l’Enquête 2018 sur le coût de la vie de la firme Mercer a classé Montréal au 147e rang. Montréal devance largement Toronto et Vancouver qui occupent la 109e place de ce palmarès.

Mieux encore, au niveau de la qualité de vie, Montréal occupe en 2018 le 21e rang sur les 231 villes évaluées par Mercer.

ÉCONOMIQUEMENT...

Ça va très bien. En 2018, d’après le Conference Board, c’est la région métropolitaine de recensement de Montréal qui a affiché la plus forte croissance économique au Canada, avec une croissance de 2,9 % du PIB réel. Une « première en 30 ans », souligne l’économiste Chantal Routhier.

Elle soutient que l’économie de l’île de Montréal progressera à un rythme plus rapide que celui de l’ensemble du Québec.

L’emploi continuera de rester dynamique (100 000 emplois de plus de 2016 à 2019) et le taux de chômage poursuivra sa diminution (de 9,5 % en 2016 à 6,1 % en 2020).

Le revenu disponible des Montréalais a augmenté de 9,4 % depuis trois ans.

Pendant ce temps-là, le prix de vente moyen des maisons augmentait de 15 %.

LE BÉMOL

La propriété montréalaise est de moins en moins accessible.

Le manque de main-d’œuvre se fait de plus en plus criant.

La fluidité des personnes et des marchandises reste problématique dans la grande région de Montréal.