/news/transports
Navigation

Un radar photo payant sur l’autoroute 440 à Laval

Malgré un tragique accident, les comportements ne semblent pas avoir changé

Coup d'oeil sur cet article

Le radar photo mobile installé à la suite du tragique accident ayant coûté la vie à quatre personnes sur l’autoroute 440 à Laval en août dernier s’est vite classé parmi les plus performants en récoltant un peu plus de 190 000 $ en contraventions pour le mois d’octobre.

« Ce n’est pas surprenant ! Ça veut dire qu’il y a une problématique », s’exclame Daniel Beaulieu, fondateur de L’heure juste du camionneur, une page Facebook et un site internet regroupant de nombreux camionneurs québécois.

Selon le Rapport sur les constats signifiés entre le 1er et le 31 octobre 2019 des radars photographiques, on dénombre 1375 contraventions envoyées par la poste pour des amendes totalisant 190 631 $.

Seulement six des 22 appareils fixes et trois des dispositifs mobiles ont émis plus de billets d’infraction au cours du dernier mois.

L’appareil mobile de l’autoroute 440 est entré en fonction le 15 septembre. Il figure parmi une liste de solutions temporaires du ministère des Transports émise à la suite d’un accident majeur impliquant deux camions lourds au début du mois d’août.

Quatre personnes y avaient trouvé la mort. La collision est survenue dans la sortie menant à la voie de desserte de l’autoroute 440 ouest tout juste avant l’accès pour l’autoroute 15 nord.

Le radar photo a été installé sur l’autoroute 440 ouest sous le boulevard Le Corbusier.
Photo Chantal Poirier
Le radar photo a été installé sur l’autoroute 440 ouest sous le boulevard Le Corbusier.

Secteur problématique

« Nous ne sommes pas nécessairement surpris [par ces chiffres], indique la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gauthier. Ce que je constate, c’est que le radar fait le travail, comme c’est un site identifié comme accidentogène et que le site semble difficile à surveiller. »

Le secteur où s’est produit l’accident est problématique et devient rapidement congestionné en raison de sa configuration qui remonte au milieu des années 1970, lorsque moins de véhicules y circulaient.

Les voitures qui arrivent de l’autoroute 440 ouest et qui veulent prendre l’autoroute 15 nord doivent couper les deux voies de circulation de la voie de desserte pour s’engager dans la bretelle. Ils ont un peu moins de 400 mètres pour le faire et doivent composer avec des entrées et sorties de commerces sur leur droite.

« Ça rend la zone problématique parce que, pendant que des voitures sont souvent arrêtées dans la voie de droite sur l’autoroute, d’autres véhicules circulent à 100 km/h dans la voie du centre et de gauche. Sans compter que certains coupent à la dernière minute pour aller prendre la sortie », explique le spécialiste en reconstitution de scènes de collision, Pierre Bellemare, qui croit que la seule solution pour rendre le secteur sécuritaire est de refaire l’échangeur.

« C’est une belle façon de faire de l’argent, mais ça va prendre plus que ça pour changer les choses, poursuit M. Beaulieu. Le comportement des automobilistes n’a pas changé [depuis l’accident]. Niet. Zéro puis une barre. Le seul temps où c’est correct c’est quand les policiers sont sur place. »


► La Sûreté du Québec enquête toujours sur les circonstances de l’accident.

LES 5 RADARS PHOTO LES PLUS PAYANTS EN OCTOBRE

  • 1. Mirabel, A15 sud 6489
  • 2. Québec, boulevard Charest en direction nord-est 3997
  • 3. Brossard, A10 ouest 2407
  • 4. Gatineau, boulevard Maisonneuve en direction nord 2231
  • 5. Laval, A15 nord 1896

Source : ministère de la Justice