/sports/football/rougeetor
Navigation

Un exploit qui comble les Harelimana

À quelques jours de s’affronter, les deux frères ont été élus sur l’équipe d’étoiles du RSEQ

Kean Harelimana
Photo Simon Clark Kean Harelimana

Coup d'oeil sur cet article

Les frères Brian et Kean Harelimana pourraient très bien disputer leur dernier match l’un contre l’autre dans les rangs universitaires, samedi, à l’occasion de la Coupe Dunsmore entre les Carabins de l’Université de Montréal et le Rouge et Or de l’Université Laval. 

«Cette possibilité est venue dans ma tête cette semaine, a confié Brian qui dispute sa 4e campagne avec les Bleus. J’espère qu’il s’agira de mon dernier contre mon frère dans les rangs universitaires. Mon objectif est de faire le saut dans la LCF dès la saison prochaine. Ça risque d’être un moment émotif. Parce que c’est aussi l’objectif de Kean d’évoluer au prochain niveau. On se retrouvera peut-être ensemble dans la LCF ou à jouer de nouveau l’un contre l’autre.» 

«J’espère pour mon frère que ça va être son dernier match, renchérit Kean qui est un an plus jeune. Il a peut-être disputé son dernier match en carrière au CEPSUM, samedi dernier. Ça va être plus émotif pour lui.» 

La Coupe Dunsmore sera le 9e duel entre les deux frangins depuis trois ans. 

Avant de quitter la scène universitaire, les deux secondeurs ont réalisé un exploit qu’ils avaient en tête depuis la fin de la saison 2018. 

«En décembre dernier, on a parlé de la possibilité d’être tous les deux élus sur l’équipe d’étoiles du RSEQ, a confié Kean. On savait que c’était possiblement notre dernière chance de réussir cet exploit. C’est une belle réussite. Je suis vraiment fier de nous. Nos parents sont fiers aussi. Chacun de notre côté, nous sommes des leaders au sein de notre équipe respective et des coéquipiers appréciés. Cette sélection sur l’équipe d’étoiles est une petite victoire à l’intérieur d’un grand but collectif qui est de remporter un championnat.» 

Brian Harelimana
Photo d'archives
Brian Harelimana

Mieux qu’au collège 

Pendant leur passage avec les Cheetahs de Vanier dans le circuit collégial, les frères Harelimana n’avaient pas été en mesure de réaliser cet exploit. 

«À sa première saison, Kean avait été élu sur l’équipe d’étoiles, mais je revenais d’une blessure, a souligné Brian. On ne l’avait jamais fait. Je suis vraiment fier et content pour mon petit frère qui est élu pour la première fois sur l’équipe d’étoiles dans les rangs universitaires. C’est spécial qu’on se retrouve tous les deux dans l’équipe d’étoiles. C’est cool pour nos parents. Ça serait cool aussi si on pouvait tous les deux être sélectionnés sur les équipes d’étoiles canadiennes.» 

«Pour ma part, c’est ma deuxième sélection et je pense avoir eu un impact plus grand sur mon équipe cette année, mais tout ce qui compte est de gagner une première Coupe Dunsmore en carrière et de continuer plus loin, poursuit Brian qui a été sélectionné au sein de la première constellation canadienne l’an dernier. Ma mère a un petit rhume, mais mes parents sont censés être présents au match, samedi à Québec.» 

Après avoir magasiné, Knox choisit de rester à la maison 

Kean Harelimana
Photo Steve Roy

Alexandre Knox est devenu le premier finissant à s’engager avec le Rouge et Or de l’Université Laval de la cuvée de recrutement 2020. 

Le secondeur extérieur des Élans de Garneau a confirmé sa décision il y a quelques jours. 

«Laval est un programme d’excellence et j’ai eu une bonne connexion avec Marc Fortier (coordonnateur défensif et entraîneur des secondeurs), a souligné Knox pour expliquer son choix. Laval est aussi à côté de chez moi. Parce que je suis le Rouge et Or depuis que je suis tout petit, j’avais développé un sentiment d’attachement.» 

Knox a effectué trois autres visites. 

«J’ai visité Carleton et Ottawa ainsi que Sherbrooke. L’opportunité d’étudier à l’extérieur du Québec m’intéressait tout comme la possibilité de me retrouver dans un milieu bilingue pour étudier, mais j’ai décidé de rester à la maison. J’ai pris mon temps avant de prendre ma décision parce que je voulais évaluer toutes mes options.» 

Par les unités spéciales 

Knox fera ses débuts universitaires en janvier en administration. 

«Il y a de très bons secondeurs à Laval comme Kean Harelimana, Frédéric Pongo et Alec Poirier et je veux apprendre d’eux. À ma première saison, je ne me mets pas de pression parce que je n’ai rien à perdre. Je veux apprendre des trucs des plus vieux pour m’améliorer et avoir un impact le plus rapidement possible. Je jouais sur toutes les unités spéciales à Garneau et c’est une facette du jeu que j’aime et qui pourrait me servir de porte d’entrée à Laval.» 

Knox a vécu une amère déception, samedi dernier, quand les Élans se sont inclinés devant les Cheetahs de Vanier en ronde quart-de-finale. 

«On avait atteint le Bol d’Or l’an dernier et on souhaitait y retourner afin d’obtenir la chance de se reprendre. Je suis un gars d’équipe et ça me fait mal au cœur d’être sorti des séries éliminatoires aussi rapidement. Sur le plan personnel, je suis fier de ma saison.»