/news/politics
Navigation

Barrette dénonce la centralisation du gouvernement

Gaétan Barrette, Ancien ministre de la Santé.
Photo Simon Clark Gaétan Barrette, Ancien ministre de la Santé.

Coup d'oeil sur cet article

Gaétan Barrette accuse la CAQ de copier ses réformes pour tout centraliser au gouvernement et utiliser allègrement la méthode bulldozer.

« L’État, c’est François Legault, Simon Jolin-Barrette, Christian Dubé, Pierre Fitzgibbon, et peut-être un peu Geneviève Guilbault pour l’apparence. Pis [Jean-François] Roberge. Le reste, ils ne comptent pas. Toutes les décisions se prennent dans ceux que je viens de vous nommer, moins Guilbault. C’est tout. Le pouvoir, il est là. Comme dans une entreprise », laisse tomber l’ancien ministre de la Santé en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

« On a un PDG et des vice-présidents. Les autres, ce sont des ministres gérés par leurs fonctionnaires. That’s it », a-t-il ajouté.

M. Barrette fait une critique globale du gouvernement. Il énumère plusieurs projets de loi qui, à son avis, vont plus loin que sa réforme et éliminent des contrepoids : l’abolition des commissions scolaires ; la réforme du Fonds vert ; le projet de loi sur les tarifs d’électricité ; la réforme d’Investissement Québec ; le projet de loi qui permet, dit-il, à l’exécutif de changer le nom et la mission d’un ministère par décret plutôt que par loi ; la centralisation des achats gouvernementaux.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Bulldozer » pour mieux régner

M. Barrette estime que la CAQ a copié ses réformes « dans la forme et la manière ».

« La réforme la plus équilibrée qui a été faite, c’était la mienne. Qu’ils ne viennent pas dire que la mienne était pourrie et que la leur est meilleure, ils sont allés exactement dans le même sens », a-t-il dit.

La manière : « Ils vont vite et imposent, pour empêcher la résistance de se mettre en place. C’est ce que j’ai fait », dit-il.

M. Barrette estime qu’il a payé un lourd prix, mais que la CAQ a un passe-droit, car « elle “bulldoze” avec le sourire ».

Sur la forme, « le modèle est à peu près le même ». En supprimant les commissions scolaires, Québec élimine une « couche intermédiaire », comme « j’ai enlevé une couche qui ne servait à rien avec les agences de santé », explique M. Barrette.

Mais le ministre Roberge s’est arrogé des pouvoirs que lui-même [M. Barrette] ne s’est pas attribués, plaide-t-il.

« Je n’aurais pas pu décréter l’horaire d’un bloc opératoire. Mais le ministre se donne le pouvoir d’augmenter les notes », a-t-il pesté.

Dans le cas du Fonds vert, Benoit Charette « est allé plus loin encore que ce que je n’ai jamais fait », a dit M. Barrette.

« C’est lui qui reçoit l’argent, et on lui donne le pouvoir d’utilisation de l’argent, sans aucun contrepoids », s’est-il étonné.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.