/news/consumer
Navigation

Le tiers des Québécois possèdent des objets connectés à la maison

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Trente-trois pour cent des Québécois utilisent, dans leur quotidien, des objets connectés comme un assistant vocal à domicile, un système d'éclairage ou une caméra de surveillance.

Il s’agit d’une croissance de 9 % par rapport à l’an dernier, révèle la plus récente enquête NETendances 2019 du CEFRIO dévoilée mercredi.

L’enquête «La domotique dans les foyers québécois» permet de constater que 45 % des adultes québécois disent posséder des appareils domestiques intelligents pour jouir d’une meilleure qualité de vie, pour accroître leurs occasions de divertissement (40 %) et pour leur sécurité (33 %).

Ce dernier segment est d’ailleurs significatif, alors que 20 % des Québécois sont propriétaires d’objets connectés visant à accroître leur sentiment de sécurité, comme un avertisseur de fumée, une caméra de surveillance, un système détectant les fuites d’eau ou une serrure et une sonnette avec ou sans caméra.

«Nous observons une prépondérance envers les objets intelligents qui ont la capacité de combler un besoin de sécurité chez les adultes québécois sondés», a indiqué Claire Bourget, directrice principale, recherche marketing au CEFRIO, par communiqué.

«La ferveur des Québécois envers les solutions sécuritaires est sans doute tributaire de leur bénéfice, clairement identifiable pour l'utilisateur, car nous constatons que 64 % des adultes ne perçoivent pas encore la pertinence associée aux objets connectés disponibles sur le marché et que [la violation de] confidentialité et la sécurité des données s'avèrent un frein à l'acquisition de ces objets pour 29 % d'entre eux», a-t-elle poursuivi.

Quatre-vingt-seize pour cent des utilisateurs d’appareils connectés sont satisfaits de ces outils.

C’est le téléphone intelligent qui contrôle le plus les objets connectés chez 49 % des adultes québécois.

Les données utilisées pour les besoins de cette enquête ont été recueillies du 3 au 22 avril 2019 auprès de 1004 adultes québécois interrogés par téléphone.