/misc
Navigation

Les banlieues de la Pennsylvanie se lèvent pour contrer Trump

Les banlieues de la Pennsylvanie se lèvent pour contrer Trump
Ruhrfisch

Coup d'oeil sur cet article

Déjà, les récentes élections en Virginie et au Kentucky pouvaient troubler les stratèges républicains qui s’activent pour faire réélire le président en 2020. Ce que rapporte Holly Otterbein ce matin ne peut que tourner le fer dans la plaie.  

On a peu parlé, hier, de la colère des habitants de quelques banlieues de la Pennsylvanie qui se rendaient également aux urnes mardi. Le candidat Trump l’a emporté par 44 000 voix dans cet État en 2016 et son équipe devra redoubler d’ardeur pour maintenir cette faible marge.  

Parmi les nouvelles troublantes pour les républicains, on note que des circonscriptions qui n’appuient jamais les démocrates viennent de tourner au bleu. Malgré ce changement significatif, l’État sera une fois de plus le théâtre d’une lutte acharnée. Le président demeure très populaire dans l’ouest de la Pennsylvanie. Le message des banlieues doit cependant être entendu et noté. Le sort de l’élection de 2020 pourrait bien s’y décider dans les principaux États-pivots.  

Si les républicains doivent s’ajuster, les démocrates ont maintenant une meilleure idée de ce qu’ils doivent faire pour renverser la vapeur. On sait déjà que Philadelphie offre un avantage marqué aux démocrates (plus de 80% de soutien en 2016) et il faut s’assurer de «faire sortir» le vote. La marge obtenue s’additionnerait aux précieux votes des banlieues obtenus mardi.  

Normalement, les démocrates devraient être en mesure de mettre à profit le sentiment de peur que Donald Trump inspire à certains électeurs. Selon une responsable démocrate interrogée après l’élection:« What happened is that the people of Delaware County are understanding more and more how dangerous the Trump agenda is for their lives.»

Si les tendances actuelles ont des incidences positives sur le moral des stratèges démocrates, il faudra bien sûr éviter de baisser la garde et, surtout, éviter de manifester trop bruyamment sa joie. N’oublions pas qu’un choix difficile reste à faire, celui de l’identité du candidat ou de la candidate qui défendra les couleurs de la formation pour la présidentielle.