/news/transports
Navigation

Pneus d'hiver: les normes de Transports Canada ne sont pas suffisantes

Coup d'oeil sur cet article

Le test de certification de Transports Canada pour les pneus d’hiver ne permet pas à lui seul de garantir qu’on peut affronter en toute sécurité les conditions de route hivernales du Québec.

C’est ce qu’ont déclaré plusieurs experts à l’émission J.E lors d’une enquête sur la sécurité des pneus d’hiver.

Au Québec, le Code de la sécurité routière prévoit l’obligation d’avoir le pictogramme du flocon avec flanc de montagne sur les pneus pour circuler en hiver. Ce logo signifie qu’un pneu satisfait les critères de Transport Canada.

Sécurité compromise

L'émission J.E a été alertée par Marie Pier Ricard, une mère de famille à qui un concessionnaire a vendu des pneus tout climat pour l’hiver.

C’est le nom qu’on donne maintenant aux pneus quatre saisons, qui reviennent en force sur le marché. Il est légal de les utiliser en hiver, car ils ont le pictogramme de Transports Canada.

Or, lorsqu’il est venu le temps de faire poser ses pneus tout climat pour l’hiver, Mme Ricard a eu une mauvaise surprise. Le garagiste lui a dit que ses pneus ne lui garantissaient pas de circuler en sécurité en hiver.

«Quand on est allé chercher l’auto, on l’avait remarqué, a dit Mme Ricard. On a dit au concessionnaire que ce n’étaient pas les pneus dans le contrat. Il a dit, c’est parce qu’on n’a plus vos pneus. Faites-vous-en pas, c’est un pneu d’hiver, c’est même de meilleure qualité. Faites-vous en pas, c’est correct.» Chacun son expertise, s’est dit Marie Pier Ricard.

L’avis des experts

J.E a montré un pneu de Marie Pier Ricard à plusieurs experts. Ils sont unanimes, ce pneu ne permet pas de circuler de façon sécuritaire sur les routes du Québec en hiver.

Pour Sylvain Légaré, analyste en recherche automobile au CAA-Québec, ce type de pneu n’est pas du tout adapté pour les hivers québécois.

«Ils ont été conçus pour faire les quatre saisons ailleurs, mais pas pour nos hivers. Aussitôt qu’un tout climat va atteindre une température froide, il va être beaucoup trop dur et n’aura aucune efficacité sur la glace», a-t-il affirmé.

J.E a questionné Denis Brault, le responsable de la réglementation à Transports Canada, pour savoir quels sont les critères qui permettent d’apposer le pictogramme sur un pneu pour certifier qu’il s’agit d’un pneu d’hiver.

M. Brault a indiqué qu’un pneu doit passer un simple test d’accélération sur neige damée. Le résultat obtenu est comparé à celui obtenu par un pneu quatre saisons dans les mêmes conditions. Si le pneu testé exécute une performance de 10 % supérieure, il obtient la certification hivernale de Transports Canada.

L’équipe de J.E lui a montré le pneu tout-climat de Mme Ricard dénoncé par tous les experts interrogés. Lorsqu’on lui demande d’expliquer comment un tel pneu peut avoir le pictogramme du flocon, il hésite longuement et répond: «il va quand même mieux performer qu’un pneu quatre saisons».

Normes à changer

Pour l’Association de protection des automobilistes, il est temps que Transports Canada revoie ses normes de certification hivernale pour améliorer la sécurité routière au Québec. Selon Georges Iny, le ministère «devrait ajouter des tests sur la glace pour la certification des pneus d’hiver, ce qui n’est pas le cas actuellement».

L’expert en reconstitution de collision à Polytechnique Montréal Erick Abraham va dans le même sens.

«Quand vous avez un pictogramme, tout ce que ça vous dit, c’est que vous respectez une norme. Ça ne va pas vous dire que ça va être bon sur de la glace, pas sûr de la neige folle. C’est bon seulement en accélération sur une neige qui est damée».

Quant à Robert Poëti, ancien ministre des Transports du Québec et PDG de la Corporation des concessionnaires automobiles, il se dit «inquiet de penser qu’on a un pictogramme qui autorise un pneu d’hiver dans un endroit comme le Québec qui n’est pas conforme à la réalité».

L’association des concessionnaires a d’ailleurs envoyé une note à ses 880 membres à travers le Québec.

«Le pictogramme hivernal ne certifie pas qu’un pneu quatre saisons devient un pneu conçu pour la conduite hivernale particulière à notre province», peut-on y lire. Il est important d’en informer les clients lors de l’achat de pneus.»

Contrefaçon

J.E a aussi découvert que des commerçants importent et vendent des pneus d’hiver avec des pictogrammes qui ne répondent pas aux normes de Transports Canada. Ces pneus sont transportés par conteneurs et vendus un peu partout au Québec.

C’est aussi avec une facilité déconcertante que notre équipe a pu passer une commande de pneus d’hiver non conformes avec le pictogramme, auprès d'un manufacturier chinois.

«Ce n’est pas compliqué, vous l’avez démontré. Trois ou quatre courriels, on lance l’hameçon. Enfin, un transfert bancaire et hop, le produit est en route», a dit un spécialiste de l’industrie du pneu anonyme qui a guidé J.E dans cette démarche.