/sports/hockey
Navigation

Équipe Canada: qui parlera pour la LHJMQ?

Aucun entraîneur ni dirigeant d’Équipe Canada junior ne provient de la ligue québécoise

L’attaquant des Mooseheads d’Halifax Raphaël Lavoie a aidé sa cause auprès de Hockey Canada lors de la série Canada-Russie en inscrivant trois buts en deux matchs.
Photo Agence QMI, John Morris L’attaquant des Mooseheads d’Halifax Raphaël Lavoie a aidé sa cause auprès de Hockey Canada lors de la série Canada-Russie en inscrivant trois buts en deux matchs.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y aura pas d’entraîneur de la LHJMQ au sein d’Équipe Canada junior lors de la période des Fêtes ni de dirigeant au deuxième étage. Est-ce que le manque de voix forte pour défendre les joueurs du circuit Courteau autour de la table aura un effet sur le nombre de joueurs de la « Q » sélectionnés pour représenter le pays au Mondial junior ? L’entraîneur Dale Hunter assure que non.

Quelques entraîneurs de la LHJMQ ont postulé pour un poste avec ÉCJ, mais aucun d’eux n’a été retenu, nous a-t-on dit.

Le pilote de l’équipe nationale sera tout de même épaulé par André Tourigny qui, même s’il dirige les 67’s d’Ottawa depuis deux saisons, est celui qui possède la meilleure connaissance des joueurs du circuit Courteau puisqu’il a dirigé les Mooseheads d’Halifax en 2016-2017, la première année en carrière de Benoit-Olivier Groulx, Raphaël Lavoie et Alexis Gravel, trois candidats sérieux pour l’obtention d’un poste en décembre.

Il a aussi été l’entraîneur de l’équipe des moins de 18 ans à la Coupe Hlinka/Gretzky l’an dernier, une formation qui comptait dans ses rangs Jakob Pelletier, Samuel Poulin et Alexis Lafrenière, notamment.

« Bear connaît la majorité des joueurs de la LHJMQ, a tempéré Hunter lorsque questionné sur le fait qu’aucune voix de la LHJMQ ne prendrait part au processus décisionnel. Chaque joueur aura une chance de se faire valoir. Nous regardons beaucoup de matchs également. En fin de compte, on choisira les joueurs qui nous permettront de former la meilleure équipe possible, pas seulement les meilleurs talents individuels.

Mark (Hunter, le directeur général de l’équipe) travaille également très fort afin de s’assurer qu’on ait les meilleurs joueurs possible. »

Dale Hunter, Entraîneur d’Équipe
Canada junior
Photo AFP
Dale Hunter, Entraîneur d’Équipe Canada junior

COMBIEN D’INVITÉS ?

La portion LHJMQ de la série Canada-Russie étant chose du passé, il ne restera que quelques matchs de saison régulière aux joueurs dans la mire pour confirmer qu’ils méritent une place au camp final d’ÉCJ, qui se tiendra à la mi-décembre dans la région de Toronto.

Il serait surprenant que tous ces joueurs reçoivent une invitation, mais le circuit Courteau compte dans ses rangs près de dix joueurs ayant le potentiel de recevoir une invitation, sans compter les Joe Veleno et Noah Dobson qui évoluent chez les professionnels, mais qui pourraient être prêtés l’instant de deux semaines.

LAVOIE A BIEN FAIT

Parmi les joueurs qui ont gagné des points lors de la série Canada-Russie, il y a le jeune Dawson Mercer comme on vous le rapportait dans notre édition de mercredi.

Raphaël Lavoie, auteur de trois buts en deux matchs contre les Russes, a lui aussi aidé ses chances. En plus de marquer, le gros ailier s’est aussi imposé physiquement à certaines reprises, distribuant quelques solides coups d’épaule.

Ce dernier avait été invité au camp final l’an dernier. « Je ne tiens rien pour acquis, a-t-il assuré. Il reste des matchs en saison régulière, il faut mériter une place au camp des moins de 20 ans et ensuite faire sa place rendu là. C’est ce que je souhaite faire. »

« Il a bien fait, a concédé Hunter. C’est un attaquant de puissance et il est allé au filet à quelques reprises. C’est un joueur difficile à contrer dans ces situations. »

NOTRE PRÉDICTION

Alors donc, combien de joueurs seront invités ? Et si on sortait la boule de cristal ?

Le Journal prédit que neuf joueurs évoluant actuellement dans la LHJMQ seront invités : les attaquants Alexis Lafrenière, Dawson Mercer, Raphaël Lavoie, Jakob Pelletier, Gabriel Fortier, Benoit-Olivier Groulx et Samuel Poulin, le défenseur Justin Barron et le gardien Olivier Rodrigue. Sans compter le probable renvoi de Joe Veleno et la possibilité de celui de Noah Dobson.

Est-ce trop optimiste ? Peut-être. Toutefois, il ne fait aucun doute que tous ces joueurs méritent une chance de se faire valoir.

Reste maintenant à savoir s’ils auront des appuis chez Hockey Canada.

Nouvelle saison, nouvel entraîneur

Jean-Jacques Daigneault est le 12e entraîneur-chef de l’histoire des Mooseheads, mais le quatrième au cours des quatre dernières saisons.
Photo courtoisie, Mooseheads de Halifax
Jean-Jacques Daigneault est le 12e entraîneur-chef de l’histoire des Mooseheads, mais le quatrième au cours des quatre dernières saisons.

Les Mooseheads d’Halifax sont un exemple de stabilité dans la LHJMQ depuis plusieurs années. En fait, sauf pour ce qui est du poste d’entraîneur-chef.

L’équipe a eu quatre entraîneurs différents au cours des quatre dernières saisons. Soyons honnêtes toutefois, ils ne sont pas à blâmer.

Choisi pour remplacer Dominique Ducharme, André Tourigny a décidé de quitter son poste après une seule saison, celle de 2016-2017, afin de se rapprocher de sa famille. L’équipe a ensuite engagé l’adjoint de Tourigny, Jim Midgley, pour la saison suivante, mais des résultats décevants ont forcé l’organisation à lui trouver un remplaçant, qui est devenu Éric Veilleux.

L’entraîneur d’expérience a mené les Mooseheads à la finale de la Coupe du Président l’an dernier, puis à celle de la Coupe Memorial.

Malheureusement pour l’organisation, Veilleux a accepté le poste d’adjoint à Benoit Groulx avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine de hockey l’été dernier.

C’est maintenant Jean-Jacques Daigneault qui dirige les Orignaux cette année.

ADAPTATION

Le défenseur Justin Barron a évolué sous trois des quatre derniers entraîneurs de l’équipe (il n’était pas arrivé dans la ligue lors de la saison de Tourigny).

Même s’il reconnaît qu’il s’agit d’une adaptation constante, il voit ces nombreux changements comme une bonne chose pour son développement.

« C’est un peu différent chaque année puisqu’on doit s’ajuster à la personnalité et au style de l’entraîneur. Pour moi, ça se passe bien. J’ai essayé d’être une éponge et d’amasser le plus d’informations possible des trois entraîneurs qui m’ont dirigé. Ils ont des systèmes différents, mais ils m’ont tous apporté des notions qui m’ont aidé à m’améliorer. »

Les Mooseheads montrent une fiche de 8-9-1 depuis le début de la saison, et plusieurs commencent à penser qu’ils se rangeront du côté des vendeurs lors de la période des Fêtes.

Le meilleur est à venir

Le capitaine de l’équipe, Benoit-Olivier Groulx, croit toutefois que le meilleur est à venir pour sa formation.

« Jean-Jacques et Éric ont deux personnalités différentes et ont deux systèmes différents. C’est sûr qu’il fallait que les vétérans de l’an dernier s’ajustent à ça. C’était un peu plus dur au début, mais je pense que ça va mieux depuis quelques matchs. La cohésion entre les vétérans et les coachs est meilleure. Je trouve qu’il (Daigneault) fait du bon travail et il va beaucoup nous améliorer. »

Dans le calepin...

Les Sea Dogs de Saint-Jean veulent obtenir le tournoi de la Coupe Memorial en 2022 et l’organisation s’est assurée que le message passe auprès de ses partisans. Des affiches avaient été distribuées dans certains établissements de restauration de la ville pour le premier match de la série Canada-Russie afin d’inciter les gens à venir assister à cette rencontre. « Le 4 novembre, les yeux du monde seront tournés vers Saint-Jean, qui présentera le match no 1 de la série Canada-Russie dans un match prélude au Championnat mondial de hockey junior. Ce match sera diffusé à travers le pays et des représentants de la LNH, de la LCH et de Hockey Canada seront présents. C’est notre chance de montrer au reste du Canada que Saint-Jean est prête », pouvait-on y lire.

Ça va très, très mal pour le Titan d’Acadie-Bathurst. L’équipe n’a remporté aucun de ses 17 matchs cette saison et amassé un maigre 5 pts au classement. Le capitaine de l’équipe Shawn Element a gagné son premier match de la saison avec l’équipe LHJMQ à la série Canada-Russie, mardi soir à Moncton. « Ça faisait pas mal longtemps que je n’avais pas gagné un match, alors ça a fait vraiment du bien d’en gagner un et de retourner à Bathurst avec le gros sourire. Je vais retourner là-bas avec la mentalité d’un gagnant et l’expérience que j’ai acquise ici », a-t-il dit aux médias sur place après le match.

Gabriel Fortier ne connaît pas le début de saison auquel on s’attendait de lui. Avant le match de jeudi soir, l’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau avait inscrit 14 points en 18 matchs. Il avait terminé la dernière saison avec une récolte de 83 en 68 rencontres. « On a eu un début difficile. Ma production offensive n’est pas la même que l’an dernier. Mon éthique de travail était un peu moins bonne en début de saison, mais depuis quelques matchs, je suis redevenu le joueur que j’étais l’an dernier. Je veux continuer dans cette lignée », mentionnait-il au Journal dimanche dernier. Fortier demeure un candidat intéressant pour Équipe Canada junior et sa principale qualité, sa vitesse, pourrait être un atout important à ÉCJ.

Le face-à-face

Thimo Nickl

L’attaquant des Mooseheads d’Halifax Raphaël Lavoie a aidé sa cause auprès de Hockey Canada lors de la série Canada-Russie en inscrivant trois buts en deux matchs.
Photo courtoisie, LHJMQ

 

Voltigeurs | Défenseur

  • Buts 19
  • Aides 4
  • Points 9
  • Différentiel 13
  • Pts en sup. num. -4

Justin Barron

L’attaquant des Mooseheads d’Halifax Raphaël Lavoie a aidé sa cause auprès de Hockey Canada lors de la série Canada-Russie en inscrivant trois buts en deux matchs.
Photo courtoisie, LHJMQ

 

Mooseheads | Défenseur

  • Buts 18
  • Aides 2
  • Points 8
  • Différentiel 10
  • Pts en sup. num. -7

6 : Matchs de suspension imposés à Dawson Mercer par la LHJMQ, jeudi, pour une mise en échec assénée à l’endroit d’Émil Lessard-Aydin des Foreurs de Val-d’Or, samedi dernier.

12 : Le nombre de points récoltés par le trio russe tout LHJMQ composé d’Alexander Khovanov (2-3-5), Dmitry Zavgorodniy (3-2-5) et Egor Sokolov (1-1-2) lors des deux matchs de la série Canada-Russie en territoire du circuit Courteau.

5 : Il ne manque que cinq points à Cédric Paré pour qu’il égale son total de l’an dernier. En 2018-2019, il avait récolté 49 points en 68 rencontres, tandis que cette saison, il en compte 44 en... 18 matchs !