/sports/others
Navigation

Kim Boutin ne lève pas le pied

Kim Boutin
Photo Agence QMI, Joël Lemay Kim Boutin

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Record du monde dimanche dernier et record de piste à Montréal, cinq jours plus tard ; le moteur de Kim Boutin tourne à fond.

La native de Sherbrooke a survolé vendredi la première épreuve de 500 m qui l’attendait à l’aréna Maurice-Richard depuis sa marque mondiale de dimanche dernier à Salt Lake City. Boutin a dominé aisément sa course de qualification qu’elle a conclue avec un chrono de 42,684 s, nouvelle référence féminine sur cette distance à l’aréna de la rue Viau.

« Je me sens bien, malgré que mon premier 1000 m a été stressant un peu. Je me suis dit que j’allais être relaxe pour mon 500 m et ça a payé », a commenté la patineuse de 24 ans, qui s’est aussi qualifiée pour la ronde finale de dimanche dans la deuxième épreuve de 1000 m de la fin de semaine.

Boutin, rappelons-le, est devenue dimanche la première femme à se glisser sous les 42 secondes en inscrivant une nouvelle marque mondiale de 41,936 s. Elle a éclipsé le record de 42,335 s qui appartenait à la Britannique Elise Christie.

Trois fusées au 500 m

À défaut de se qualifier pour la demi-finale au relais en raison d’une pénalité imposée à Pascal Dion, les hommes ont laissé un message aussi convaincant, notamment en prévision du spectacle sur 500 m de dimanche après-midi. Les trois Québécois impliqués, Steven Dubois, Maxime Laoun et Cédrick Blais, ont tous mérité leur entrée aux quarts de finale.

« En étant à la maison, c’est sûr qu’on a un petit avantage sur les autres pays, mais il y a d’excellents patineurs canadiens au 500 m. Sachant que je peux patiner dans les 39 secondes, je pourrais être une cible plus que d’autres », a observé Dubois, détenteur du record canadien en 39,845 s.