/news/green
Navigation

Inondations: Saint-Raymond intervient pour dompter sa rivière

La municipalité met de l'avant deux nouvelles solutions sur la Sainte-Anne

Installation d'un seuil rocheux sur la rivière Sainte-Anne à
Photo courtoisie, Ville de Saint-Raymond Installation d'un seuil rocheux sur la rivière Sainte-Anne à Saint-Raymond

Coup d'oeil sur cet article

La municipalité de Saint-Raymond, dans Portneuf, espère remporter une nouvelle manche dans son combat contre les inondations en menant cet automne deux nouvelles interventions d'importance sur la rivière Sainte-Anne. 

La municipalité de 10 300 habitants s’est dotée récemment d’un seuil rocheux sur le cours d’eau à environ une vingtaine de kilomètres de son centre-ville. L’idée est de capter le frasil, cette glace en formation ou «sloche», avant qu’il ne se rende au cœur du village où il risque de créer un embâcle au potentiel dévastateur en hiver et au printemps. 

«C’est une première ici à Saint-Raymond», souligne Christian Julien, directeur du service des travaux publics. Le projet de près de 100 000 $, financé à l’aide d’une subvention gouvernementale, était dans les cartons de la municipalité depuis quelques années. 

Autre opération 

Le ministère de l’Environnement lui a finalement donné son aval il y a quelques semaines et des ouvriers ont pu se mettre au travail pendant quatre jours. Les travaux ont ensuite été interrompus, jeudi dernier, parce que la rivière était trop haute, mais l’installation, montée à environ 75%, devrait malgré tout faire effet. Elle sera terminée au printemps prochain. 

Installation d'un seuil rocheux sur la rivière Sainte-Anne à
Photo courtoisie, Ville de Saint-Raymond

«On n’est jamais à l’abri [d’une inondation], bien sûr. On ne peut pas lutter contre la nature, mais dans des conditions favorables, ça aide grandement», évalue M. Julien. 

Saint-Raymond souhaite maintenant procéder à une autre opération d’envergure avant l’arrivée de l’hiver, mais cette fois en aval de son centre-ville. Elle consistera à retirer une trentaine de caissons de drave qui reposent depuis une centaine d’années au fond de la rivière Sainte-Anne et qui font obstacle tous les ans à la descente des glaces. 

Leur présence remonte au 19e et au 20e siècle lorsqu'une usine de pâtes et papiers était en activité à cet endroit. «Si un embâcle se crée là, il y a une rétention d’eau, les niveaux augmentent et ça nous cause des problèmes ici, au centre-ville», fait remarquer le directeur.  

Installation d'un seuil rocheux sur la rivière Sainte-Anne à
Photo courtoisie, Ville de Saint-Raymond

Il ne reste qu’un autre feu vert du ministère de l’Environnement pour procéder. Le tout nécessitera une expertise de pointe. 

Impact «considérable» 

Avec ces nouvelles mesures, Christian Julien est d’avis que le risque d’inondation sera réduit de façon «considérable» même s’il n’existe aucune solution miracle. 

Depuis le coup d’eau majeur de 2014, qui avait inondé 250 maisons, la Ville de Saint-Raymond multiplie les tentatives pour dompter sa rivière et documenter son comportement. L’an dernier encore, un nouveau véhicule amphibie a été mis à l’essai. Tous ces efforts sont suivis de près par des chercheurs et par d’autres municipalités aux prises avec des cours d’eau capricieux. 

«On connaît la cause de notre problème, qui est le frasil, donc à partir de là, si on travaille sur ce problème et que l’on prend beaucoup de mesures de prévention, bien on diminue les risques», conclut M. Julien.