/finance/opinion/columnists
Navigation

Québec pige encore plus dans nos poches

Coup d'oeil sur cet article

 Grâce à l’augmentation des recettes qu’il encaisse à même l’impôt sur le revenu des particuliers, le gouvernement de François Legault continue de nous faire accroire qu’il est fort généreux envers les Québécois en leur distribuant nombre de cadeaux.  

 Le gouvernement de la CAQ viendra chercher cette année dans les poches des particuliers quelque 33,2 G$ d’impôt, soit 3,7 milliards de plus qu’il y a deux ans. Cela représente une hausse de 12,6%. 

 À cette juteuse augmentation des recettes de l’impôt des particuliers, s’ajoute une appréciable hausse des recettes tirées des taxes à la consommation, soit 1,65 G$. Plus un « petit » supplément de 366 millions en droits et permis de tout acabit, et un autre supplément de 756 millions en revenus divers. 

 Quand le gouvernement Legault se vante de retourner de l’argent dans les poches des Québécois depuis qu’il a pris le pouvoir, il omet de nous dire qu’il nous retourne seulement une partie du supplément des revenus fiscaux qu’il nous soutire. 

 LES INITIATIVES 

 Prenons son « gros » cadeau, celui relié à la baisse de l’impôt foncier scolaire. 

 Au cours du présent exercice financier, la facture des taxes scolaires s’élèvera à 1,55 G$. C’est une baisse de 695 M$ par rapport à la facture d’il y a deux ans. 

 Évidemment, les propriétaires apprécient ladite baisse de taxes scolaires. À terme, la baisse des taxes scolaires va faire économiser quelques centaines de dollars par année aux propriétaires de résidences modestes. C’est peu à comparer aux mieux nantis du Québec. Ces derniers verront leurs factures de taxes scolaires baisser de plusieurs milliers de dollars, voire jusqu’à plus de 100 000$ par année dans le cas des plus riches. 

 Depuis son arrivée au pouvoir à l’automne 2018, le gouvernement caquiste rappelle qu’il a introduit des initiatives qui totalisent pour l’exercice financier en cours une valeur de 1,07 G$. 

 À vrai dire, c’est bien la moindre des choses qu’il nous retourne une portion de tout l’argent supplémentaire qu’il a la chance d’encaisser en cette période de solide croissance économique. 

 LES SOCIÉTÉS D’ÉTAT 

 Dans les faits, seules les entreprises du gouvernement (Hydro-Québec, Loto-Québec, SAQ, Investissement Québec) sont en voie de rapporter moins d’argent dans les coffres de l’État que lors des précédentes années. 

 Le ministre des Finances Éric Girard prévoit recevoir cette année, de la part de nos sociétés d’État, des revenus de 4,43 G$. C’est 1,1 G$ de moins que lors du précédent exercice financier. Il anticipe ainsi une forte baisse de 20%. 

 Heureusement, le gouvernement de François Legault bénéficiera au cours du même exercice d’une appréciable augmentation des transferts fédéraux de l’ordre de 2,3 G$. 

 Malgré le coût de la brochette de cadeaux visant directement à remettre de l’argent aux Québécois et la hausse des dépenses de l’ensemble des portefeuilles gouvernementaux, le gouvernement Legault prévoit déclarer un surplus de 4,1 G$.