/travel/destinations
Navigation

L'Australie: escapade au bout du monde

Avec 50 000 km de côte, l’Australie offre pas moins de 10 500 plages différentes.
Photo courtoisie Avec 50 000 km de côte, l’Australie offre pas moins de 10 500 plages différentes.

Coup d'oeil sur cet article

Si l’Australie c’est plus de 10 000 plages et l’été pendant notre hiver, « Down Under » c’est aussi plus de 22 heures de vol, 17 heures de décalage et d’énormes distances entre chaque ville. Dans ce contexte, aller en Australie c’est aussi commencer par faire une croix sur plusieurs destinations.

Comme il nous serait impensable de visiter lors d’un même voyage au Canada Halifax et Vancouver, un voyage en Australie impose deux règles . Premièrement, le séjour doit durer un certain temps : même ceux qui peuvent se permettre de quitter leur vie d’ici pendant un mois risquent tout de même de manquer de temps. Deuxièmement, il faut segmenter le périple.

Par exemple, en choisissant la côte Est de l’Australie, on visitera Sydney, Melbourne et Brisbane.

Or, la Grande Barrière de corail – que plusieurs déclareront incontournable — se situe tout de même à 25 heures de voiture !

Heureusement, les vols intérieurs sont réguliers et abordables lorsqu’on magasine bien et qu’on voyage en milieu de semaine.

Sydney

La majorité des vols provenant d’Amérique du Nord atterrissent à Sydney. Le choix de la compagnie aérienne et de l’escale est primordial pour ce genre de périple, surtout au retour.

Une fois à Sydney, ne cherchez pas le dépaysement. Pour le voyageur québécois, l’Australie a des airs familiers. Après tout, c’est un pays membre du Commonwealth, comme le Canada.

Difficile de passer à côté de l’Opéra 
de Sydney, mais le parc tout près 
ajoutera à l’activité.
Photo courtoisie
Difficile de passer à côté de l’Opéra de Sydney, mais le parc tout près ajoutera à l’activité.

Pour plusieurs, le premier arrêt touristique sera, à défaut d’être cliché, l’Opéra de Sydney et le Harbour bridge. Moins imposant qu’on se l’imagine, il n’en demeure pas moins que c’est à la vue de ce chef-d’œuvre architectural connu mondialement qu’on se dit ; « Ça y est, je suis à l’autre bout du monde ».

Découvrir les quartiers en métro ou déambuler à Darling Harbour pendant deux ou trois jours le temps de se remettre du décalage n’est certainement pas un supplice, mais rapidement l’envie de sortir de la ville vous titillera et ce n’est qu’une fois Sydney derrière vous que votre aventure commencera réellement.

À ce sujet, prévoyez vos déplacements importants entre les villes soit par avion ou par bus. Si vous êtes en couple, considérez sérieusement la location d’un campeur pour voyager librement entre vos destinations tout en profitant des plages et des nombreux BBQ publics dans les parcs. Attention toutefois, vous ne serez pas les seuls campeurs de la sorte et les villes sont de plus en plus restrictives pour éviter que ces voyageurs élisent domicile n’importe où.

Des plages, encore des plages

Les plages sont à l’Australie ce que la neige et le froid sont au Québec.

Le Carlo Sand blow tout près de 
Rainbow Beach. Point de départ 
pour Fraser Island.
Photo courtoisie
Le Carlo Sand blow tout près de Rainbow Beach. Point de départ pour Fraser Island.

Si la chaleur vous pousse vers les plages dès le début de votre voyage, Sydney répondra à vos attentes sans trop d’effort.

La célèbre page de Bondi est certainement un incontournable. Accessible facilement du centre-ville par métro puis par bus, vous y retrouverez une ambiance complètement différente.

Bondi Beach est la plage la plus 
populaire de la ville de Sydney. 
Elle est accessible en autobus.
Photo courtoisie
Bondi Beach est la plage la plus populaire de la ville de Sydney. Elle est accessible en autobus.

Plusieurs boutiques et sympathiques restaurants ceinturent la plage sans compter le cinq kilomètres de « coastal walk » menant à Tamarama beach en passant devant la Bondi Icebergs pool, une piscine naturelle.

Autre option, se rendre à Manly Beach grâce aux ferry qui partent du quai situé tout près de l’Opéra de Sydney. Le trajet d’environ 30 minutes vous permettra d’admirer la ville construite autour d’un bras de mer.

Byron Bay

Ville hippie par excellence, Byron Bay est un arrêt automatique pour tous ceux qui longent la côte Est vers le Nord. La Jonson Street menant à Main Beach est en constante ébullition malgré la petitesse de l’endroit.

La longue marche vers le Cape Byron Lighthouse, puis vers le point le plus à l’est de l’Australie vous ferra certainement lever de votre serviette pour l’après-midi. Avant le coucher du soleil, les gens se réunissent sur le gazon devant Main beach, bière à la main pour écouter les chansonniers qui y défilent et contempler ce coin de paradis.

Gold Coast

Plus au nord, juste avant d’arriver à Brisbane, plusieurs arrêts sont de mise sur les plages de Gold Coast. À Colangatta, la plage de Point Danger est reconnue mondialement par les surfeurs. Prière de connaître ses capacités avant de se jeter dans l’eau.

Le secteur de Burleigh Heads est aussi prisé tant pour ses vagues que pour le style de vie.

Cependant, vous gagnerez à éviter Surfers Paradise qui a mal vieilli et qui ressemble à un Miami cheap.

Brisbane

Le Story Bridge de Brisbane nous 
rappelle un peu le pont de 
Québec, rouille en moins.
Photo courtoisie
Le Story Bridge de Brisbane nous rappelle un peu le pont de Québec, rouille en moins.

 

Si vous arrêtez à Brisbane, ce ne sera certainement pas pour les plages. Il y a bien Streets Beach, la seule plage artificielle en ville d’Australie, mais vous pouvez aisément passer votre tour. Par contre, la promenade cyclable qui longe Brisbane River sur les deux rives en passant sous le Story Bridge, cousin – en bon état – du pont de Québec mérite un après-midi.

Prenez le CityCat, un bateau-taxi qui arrête sur chaque rive en sillonnant la rivière, puis enfourchez un CityCycle, sorte de Bixi gratuit si vous changez de vélo toutes les 30 minutes, un charme.

Sunshine Coast

Vient ensuite la Sunshine Coast. Des plages encore des plages. Faites le tour du Noosa National Park dont plusieurs plages ne sont accessibles qu’à pied ; Sunshine Beach, Alexandra Bay, Tea tree bay, puis  Noosa Heads Main Beach.

Fraser Island

L’immense Great Sandy National Park regroupe deux arrêts incontournables : d’abord Rainbow Beach, un village isolé du reste du monde sur le bord de l’océan. Traversez la rue sans regarder, les voitures sont rares. Les 4x4 eux se retrouvent directement sur la plage pour admirer le Carlo Sand Blow ou encore pour se rendre à Double Island point, là où l’on peut surfer la plus longue vague d’Australie.

Finalement Fraser Island, la plus grande Île de sable au monde. Rendez-vous au Lac McKenzie, un lac d’eau douce limpide au milieu d’une dune de sable, ou Indian Head, là où les Aborigènes et les colonisateurs ont eu leur premier contact visuel en 1770. Petit détail, les eaux regorgent de requins ! Se rendre sur Fraser Island nécessite aussi plus d’organisation, un tour guidé de 2 nuits est à considérer.

Malgré le souhait de l’auteur de ses lignes d’aller aux îles Whitsunday et à la Grande Barrière de corail, le périple d’un mois s’est arrêté bien au sud de ces destinations.  Vous dire comme il y a à faire en Australie.

Info sur l’Australie

  • Environ 1,10 $ australien pour votre huard canadien
  • Prix de l’essence : environ 1,60 $ australien
  • Distance entre Melbourne et Sydney : 880 km (9 heures de voiture)
  • Six bières: 17 $ australien
  • Population : 24,6M d’habitants
  • Kangourous et Wallaby partout : Cheptel estimé à 50 M de bêtes
  • Superficie : 7,7 millions de km2 (4 fois et demie la grandeur du Québec)
  • Décalage horaire : 14 heures
  • L’hiver australien : de juin à septembre
  • Saison de l’Australian Football League : de mars à septembre
  • Saison du Cricket : novembre à février
  • La Melbourne Cup : course de chevaux (« La course qui arrête le pays » toujours le 1er mardi de novembre)