/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les mots dits du samedi

Coup d'oeil sur cet article

Un risotto raté

1. Semblables, les expressions « à nouveau » et « de nouveau » ? Oui, si l’on donne à chacune la définition limitée de « encore ». Il existe pourtant une nuance de sens entre ces deux locutions. « À nouveau » signifie une fois de plus, mais d’une nouvelle manière. « De nouveau » veut dire une fois de plus, mais de la même façon. Ex. : Mon risotto est raté, je le fais à nouveau (d’une nouvelle façon). Mon risotto fut une réussite, je le fais de nouveau (de la même façon).

2. L’automobiliste a-t-il négocié une courbe ou un virage ? Il a négocié un virage, qui est une modification progressive de la direction d’une route. Une voiture ne s’engage pas dans une courbe, mais dans un virage. Et une route, une piste de course ou une piste de ski peuvent être une suite de virages et non de courbes. Mais on ne peut pas faire un virage en U, calque de l’anglais U-turn. On fera un virage à 180 degrés ou, encore mieux et dit plus simplement, on fera demi-tour. Mais on évitera un virage à 360 degrés (un tour complet sur soi-même), à moins de vouloir vraiment revenir à sa position de départ !

3. Des concerts-bénéfice ou des concerts bénéfices ? Quand le nom « bénéfice » est juxtaposé à un autre nom pour désigner un événement organisé dans le but de recueillir des fonds, il est toujours joint au nom qui le précède par un trait d’union (soirée-bénéfice). Employé de cette façon, le terme « bénéfice » est invariable (des spectacles-bénéfice). « Au bénéfice de... » est sous-entendu.

Une doctrice ?

« Que pensez-vous du mot autrice ? demande Danielle B. L’autre jour à la télé, précise-t-elle, il y avait une “autrice-compositeure-interprète”. Ce mot, “autrice”, me fait mal aux oreilles ». Danielle B. précise qu’elle a contacté la station de télé où on lui a dit qu’« autrice » est un vieux mot « qui fait toujours partie du dictionnaire ». Avant tout, éliminons le mot compositeure. Compositrice est le féminin de compositeur. Quant au mot autrice, on ne peut l’invalider. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille l’utiliser. Vieux de cinq siècles, il ne fait plus partie de l’usage depuis deux cents ans, peut-être. Ne me demandez pas d’être plus précis, j’étais absent à sa naissance et à son déclin. D’accord, on le retrouve dans le Robert, seul ouvrage de référence d’importance l’accueillant dans ses colonnes. Qu’il vive, d’accord. Ne tuons pas les mots. Mais pourquoi expulser du vocabulaire le mot auteure choisi il y a quelques années par le Québec, champion de la féminisation des mots ? Auteure, comme professeure, docteure, gouverneure, etc. Utiliser indifféremment autrice ou auteure, selon ses humeurs ? (À ce compte-là, pourquoi pas doctrice au lieu de docteure ?) L’Office québécois de la langue française, qui accepte pourtant les deux formes, autrice et auteure, n’en dit pas moins qu’on ne peut choisir, selon ses préférences, « une forme en –teure ou en –trice pour toutes les appellations de personnes dont le masculin est en –teur. Il faut s’en tenir aux usages reconnus ». Auteure est ancré dans l’usage au Québec.

Quelle est la bonne formule ?

1. À cause de son talent ou grâce à son talent ?

2. Remplir ou compléter un formulaire ?

3. Et écrit-on « un va-nu-pieds » ou « un va nu pied » ?

Les lettres mêlées

NNNSSIIMAPRETO

Définition : Saisissant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réponses

Quelle est la bonne formule ? 1- Grâce à son talent. 2- Remplir un formulaire. 3- Un va-nu-pieds. Les lettres mêlées : IMPRESSIONNANT.