/sports/hockey
Navigation

LNH: la renaissance de l'Ouest canadien?

LNH: la renaissance de l'Ouest canadien?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Même si l’échantillon est minime, la saison 2019-2020 de la Ligue nationale (LNH) est synonyme de réjouissances pour les amateurs de hockey de l’Ouest canadien, car en date de samedi, des équipes du pays occupaient les trois premières places de la section Pacifique.

Forts de leur victoire de 4 à 0 aux dépens des Devils du New Jersey vendredi, les Oilers d’Edmonton trônaient au sommet de la division avec 24 points en 18 rencontres. Leurs ennemis jurés, les Flames de Calgary, suivaient avec 22 points en 19 sorties, tandis que les Canucks de Vancouver se trouvaient au troisième rang en vertu d’une fiche de 9-5-3.

Certes, le classement subira passablement de transformations dans les semaines à venir, mais les supporteurs de ces trois clubs ont des raisons d’être optimistes. Edmonton mise sur la vedette Connor McDavid, qui continue d’accumuler les succès; le capitaine de la formation a amassé 27 points, dont huit buts, jusqu’ici. Du côté de Calgary, David Rittich est l’un des cinq gardiens ayant blanchi l’adversaire deux fois, lui qui compte neuf gains à son actif. À Vancouver, Elias Pettersson ne dérougit pas à sa deuxième année, car il a totalisé 21 points et se trouvait dans le top 10 des pointeurs de la LNH.

Un passé peu glorieux

La dernière fois que les Oilers, les Flames et les Canucks ont participé aux séries lors d’une même année remonte à la campagne 1990-1991. À l’époque, ils évoluaient au sein de la division Smythe qui comprenait cinq équipes; les quatre meilleures accédaient aux éliminatoires.

Depuis, ces trois organisations ont éprouvé des ennuis sur la glace. Les Oilers ne revendiquent qu’une présence en séries depuis leur participation à la finale de 2005-2006. Les Flames ont vécu de longues périodes de sécheresse marquées par de sept exclusions d’affilée de 1997 à 2003 inclusivement et par cinq autres entre 2010 et 2014. Enfin, les Canucks ont raté les matchs d’après-saison depuis le printemps 2015.