/investigations/truth
Navigation

Scheer joue avec les chiffres

Andrew Scheer
Photo d'archives, Guillaume St-Pierre Andrew Scheer a réuni son caucus plus tôt cette semaine pour la première fois depuis les élections.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.

L’ÉNONCÉ

Le Parti conservateur a tenu mercredi un premier caucus à la suite de sa défaite électorale. À la fin de la rencontre, le chef de la formation politique Andrew Scheer s’est adressé aux médias.

« Nous avons remporté plus de sièges, gagné le plus de votes et élu la plus grosse opposition officielle de l’histoire du Canada, mais on s’attendait à beaucoup plus », a-t-il soutenu.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

LES FAITS

En termes de sièges, il est vrai que le Parti conservateur a fait élire la plus grosse opposition officielle avec 121 députés. Mais cela est uniquement dû à l’augmentation du nombre de sièges à la Chambre des communes à travers le temps. En proportion du nombre d’élus, c’est loin d’être le cas.

Aux dernières élections, le parti d’Andrew Scheer a obtenu 35,8 % des sièges, et a récolté 34,4 % du vote populaire. En analysant les résultats des élections générales depuis 1867, nous avons pourtant déterminé que l’opposition officielle a compté à 17 autres reprises plus de 35,8 % des sièges après un scrutin.

À plusieurs reprises dans l’histoire, l’opposition officielle a obtenu plus de 34,4 % du vote populaire, dépassant parfois le nombre de voix obtenues par le parti au pouvoir.

C’était le cas en 1979, où le Parti progressiste-conservateur a récolté 36 % des voix et a accédé au pouvoir, alors que les libéraux avaient obtenu 40 % des voix.

Le chiffre de la semaine : 20 336,91 $

C’est le montant de la dette nette du Québec par habitant en 2019. Le ministre des Finances Éric Girard a annoncé jeudi que les objectifs de réduction de la dette ont été devancés grâce à la bonne santé des finances publiques.

Bien qu’on ait remboursé la dette de 12 G$ dans les dernières années, celle-ci reste très élevée. En guise de comparaison, en 1959, la dette nette du Québec était 60 fois moins élevée qu’aujourd’hui.

Elle s’élevait à 39,10 $ par habitant, ou 336,51 $ en dollars d’aujourd’hui.

La dette nette représente le montant duquel on a soustrait les actifs financiers du gouvernement.

– Marie Christine Trottier