/news/currentevents
Navigation

Onde de choc à Matane après le décès d'un jeune couple dans un incendie

Les proches du couple tué dans l’incendie dévastés

Couple mort incendie Matane
Photo tirée de Facebook Les victimes, William Levasseur et Mélina Tremblay

Coup d'oeil sur cet article

Le jeune couple âgé d’à peine 20 ans qui a perdu la vie dans un violent incendie, samedi, à Matane, s’apprêtait à se lancer pour de bon dans la vie, alors que les amoureux se préparaient à emménager dans leur première maison.

Les deux victimes du brasier, William Levasseur et Mélina Tremblay, âgés de 20 ans, venaient de se porter acquéreurs de leur première maison et s’affairaient à la rénover dans leurs temps libres. William, électricien de profession, était d’ailleurs rendu à compléter le câblage dans le futur nid des amoureux.

En attendant la fin des travaux, le couple résidait dans la maison maternelle du jeune homme. C’est cette résidence qui a été la proie des flammes ce week-end.

«Ils avaient toute la vie devant eux. Ils étaient bien partis», s’attriste David Pelletier, un ami proche du couple qui les considérait « comme un frère et une sœur ».

La tragédie a causé une onde de choc à Matane, où les deux jeunes adultes «étaient connus de tous», selon ce même ami.

«William savait se faire aimer par tout le monde et il l’était. C’était la même chose pour Mélina», observe-t-il, lui qui faisait partie d’un groupe d’une trentaine d’amis à se réunir dans un restaurant de Québec, samedi soir, pour rendre hommage aux disparus.

Une campagne de sociofinancement a été initiée pour soutenir la mère de William, dont la résidence est une perte totale. En moins de 14 heures, près de 425 donateurs avaient offert quelque 16 200 $ à la maman endeuillée.

Accidentel

Les techniciens en scène d’incendie de la Sûreté du Québec ont quitté le chemin des Sous-Bois, dans le secteur Petit-Matane, dimanche après-midi, où se trouve la résidence unifamiliale qui s’est embrasée tôt samedi.

Sans trancher de façon définitive, les experts privilégient la piste accidentelle. Le brasier aurait possiblement pris source dans un système de ventilation, indique la porte-parole de la Sûreté du Québec Béatrice D’Orsainville.

D’autres expertises seront néanmoins pratiquées afin de confirmer cette avenue.