/opinion/blogs/columnists
Navigation

«Le Parti Québécois a bâclé son introspection postélectorale» : entretien avec Frédéric Morneau-Guérin, président du PQ des Chutes-de-la-Chaudière

«Les questions identitaires sont accueillies de plus en plus froidement».

pq parti québécois logo
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti Québécois était rassemblé en fin de semaine pour son Congrès de refondation. Vu de loin, l’exercice semble réussi. Alors qu’il semblait au bord de la disparition il y a un an, ses militants semblent résolus à lui donner une nouvelle vie. Une partie de la jeunesse semble aussi s’y retrouver, ce qui n’est pas rien pour un parti que certains commentateurs présentaient comme un rassemblement de «têtes blanches». En d’autres mots, il semble bien que les péquistes soient résolus à remonter la pente, d’autant qu’ils miseront apparemment tout sur l’indépendance du Québec, qui est leur raison d’être. Mais la politique ressemble rarement à un récit enchanté et certains militants ont exprimé un malaise devant les orientations du Congrès. Frédéric Morneau-Guérin est l’un d’entre eux. Président de l’exécutif des Chutes-de-la-Chaudière et vice-président de la région Chaudière-Appalaches, il a écrit sur sa page Facebook samedi, alors qu’il participait au Congrès: «j’ai mieux à faire de mon temps que de jouer les figurants dans une mauvaise pièce de théâtre péquiste. Au revoir les Calinours». On devine que ce malaise ne lui est pas exclusif. On peut croire aussi que les péquistes auraient intérêt à en tenir compte s’ils veulent réussir sur la durée, et pas seulement le temps d’un week-end, leur refondation. Je l’ai interviewé pour comprendre les raisons de son malaise avec son parti. 

***

Samedi, alors que vous participiez au Conseil de refondation du Parti Québécois, vous avez manifesté clairement dans un statut Facebook votre exaspération sur la teneur des débats qui s’y tenaient. Je vous cite : «J’ai mieux à faire de mon temps que de jouer les figurants dans une mauvaise pièce de théâtre péquiste. Au revoir les Calinours». Comment les militants dans leur ensemble accueillaient-ils les fameuses questions identitaires au cœur de la politique québécoise?

Les questions identitaires sont accueillies de plus en plus froidement. Quand on est rendu à s’engager dans des arguments byzantins pour déterminer s’il serait moins froissant pour nos concitoyens d’ascendance irlandaise, écossaise ou galloise de dire que le peuple québécois est « héritier de cultures autochtones, française et britanniques» plutôt qu’« héritier de cultures autochtones, française et anglaise», c’est qu’on nage en plein délire. Pareille surenchère de bons sentiments nous positionnerait favorablement dans un concours visant à couronner le gendre idéal, mais je doute que ce soit ainsi qu’on parvienne à raviver la flamme souverainiste.

Aucun Québécois n’apprécie lire les articles du Globe and Mail, du New York Times ou de la BBC montant en épingle telle ou telle gestion malhabile d’une demande de certificat de sélection du Québec ou encore tel ou tel excès de zèle loufoque de l’Office de la langue française. Mais pense-t-on échapper à la mauvaise presse en étant radicalement gentil, singulièrement sympathique et résolument poli ? Ce n’est pas sérieux. En sommes-nous rendu à rechercher l’approbation internationale au point d’éprouver un malaise à consigner par écrit (autrement que dans une microscopique note de bas de page) que le peuple qui anime depuis maintenant 400 ans cette terre d’Amérique se regroupe autour d’une majorité historique francophone, que la langue française assure la cohésion de notre société et que la laïcité (quelle que soit la façon dont on l’entend) est l’un des piliers de l’État québécois.

Quelles sont les causes qui emportent l’adhésion des congressistes?

Les congressistes ont un empressement évident à exprimer leur appui à la reconnaissance du droit à l’autodétermination des peuples autochtones et à souligner avec emphase l’apport à notre société de tous « ceux et celles qui, de partout à travers le monde, sont venus nous rejoindre ». Il y a également une volonté manifeste de rappeler l’urgence climatique accompagnée d’un désir d’inscrire la protection de l’environnement au cœur de la déclaration de principes, puis de l’action politique du Parti Québécois. Tout cela est juste et bon, mais faut-il pour autant reléguer au second plan les questions identitaires ?

Avez-vous quelques exemples de cette défiance envers les questions identitaires? La croyez-vous insurmontable?

La laïcité était complètement absente de la version originale de la déclaration de principes. Plusieurs amendements, dont un qui visait à inscrire la laïcité parmi les valeurs fondamentales du Parti Québécois, ont été rejetés. L’un de ces amendements – le plus étoffé – avait d’abord été adopté de justesse avant qu’une reprise du vote ne soit ordonnée dans des circonstances qui ont soulevées l’ire de plusieurs congressistes. Plusieurs d’entre nous ont alors acquis la certitude que nous occupions un rôle de figurant dans une pièce de théâtre scriptée d’avance. Ne soyons pas naïf, les instances nationales sauront justifier a posteriori tout le grenouillage auquel nous avons assisté et nous assurer qu’il n’y a eu absolument aucun vice de procédure, bien entendu; il faut croire qu’un analogue de la loi sur la clarté référendaire doit figurer quelque part dans les statuts du PQ.

La défiance envers les questions identitaires me semble, pour l’heure, difficilement surmontable puisqu’elle est partagée par la direction générale du parti, par les membres les plus influents de l’exécutif national et de la commission politique, par des membres de l’aile parlementaire (pas tous fort heureusement!) ainsi que par certains des candidats pressentis à la chefferie.

Vous êtes militant dans une région où le Parti Québécois n’a plus qu’une existence résiduelle. Comment expliquez-vous cela? Est-ce que ce discours qui relève de l’obsession progressiste peut contribuer à y réenraciner le PQ?

La désaffection des gens de Chaudière-Appalaches à l’égard du Parti Québécois ne m’apparaît pas avoir une cause unique. Les succès répétés de la Coalition Avenir Québec en Chaudière-Appalaches me portent cependant à croire que l’insuccès du PQ ne relève pas d’une désaffiliation identitaire des gens de Chaudière-Appalaches ; je ne crois pas que ceux-ci se considèrent canadien d’abord, ni citoyen du monde. Ce qu’on pourrait appeler leur espace mental demeure l’espace québécois.

Quant à savoir si le discours qui relève, pour reprendre vos mots, de « l’obsession progressiste » est susceptible de contribuer à réenraciner le PQ dans une région comme Chaudière-Appalaches, permettez-moi d’en douter. Comme le disait Tocqueville, chaque génération est un peuple nouveau. Il n’est certes pas impossible qu’en Chaudière-Appalaches comme ailleurs la génération montante soit généralement plus réceptive à l’idéologie progressiste que les générations qui l’ont précédé. Si cela devait être le cas, je peine à voir pourquoi cette frange de la population rallierait le PQ alors que partout ailleurs elle se tourner principalement vers QS, un parti qui est en bien meilleure posture pour vendre l’idéal progressiste puisqu’il ne se donne pas la peine d’inscrire ses promesses dans un cadre économiquement plausible.

Question difficile : croyez-vous que les péquistes d’aujourd’hui sont d’abord indépendantistes ou progressistes? Savent-ils encore que le projet souverainiste implique un esprit de coalition?

Je ne doute pas de l’authenticité de la conviction indépendantiste des péquistes et j’irai même jusqu’à dire que la quasi-totalité d’entre eux se considère d’abord indépendantiste. Je crois cependant qu’une large part des plus influents congressistes entretient une vision romantique et naïve de l’indépendance qui est conjuguée avec un progressisme bon chic bon genre. La propension à se laisser guider par une sensibilité exacerbée n’est pas le propre des congressistes péquistes, mais cette inclinaison m’apparaît tout particulièrement nuisible au sein d’un parti qui, contrairement aux autres, doit impérativement convaincre plus de la moitié des Québécois de lui accorder leur confiance.

Un jour ou l’autre il faudra avoir la lucidité de reconnaître que pour réaliser des gains politiques nous aurons moins besoin de cigales déclamant à tue-tête des poèmes lyriques vertueux et plus besoin de fourmis industrieuses s’affairant à identifier les intérêts stratégiques du Québec, puis à préparer un plan concret détaillant la manière dont on entend établir un meilleur rapport de forces avec Ottawa et les provinces canadiennes.

Ma confiance en la capacité du PQ à redevenir le vaisseau amiral réunissant les ténors du mouvement indépendantiste provenant de tout horizon est fortement ébranlée; s’il en était autrement je ne m’entretiendrais pas avec vous aujourd’hui. Il n’y a rien de réjouissant à jeter un pavé dans la mare au lendemain d’un congrès, mais je me sens incapable de chanter en choeur que tout va bien très bien, Madame la Marquise comme le souhaiterait sans doute la direction et l’exécutif national.

On pourra célébrer la refondation du parti autant qu’on le voudra, qu’y a-t-il de si différent ce matin par rapport à vendredi ? On a mis à jour les statuts et les règles internes, certes, mais ça relève de l’entre-soi. Quant au reste, c’est le retour du même. Les indépendantistes éprouvant un scepticisme plus ou moins marqué envers l’idéologie progressiste seront-ils davantage les bienvenus au PQ lundi matin qu’ils ne l’étaient la semaine dernière ? Permettez-moi d’en douter. Le Parti Québécois a bâclé son introspection postélectorale l’automne dernier (à supposer bien sûr que l’on puisse appeler introspection la proclamation enthousiaste de notre conviction d’avoir « fait la meilleure campagne » avec « la meilleure plateforme ») et voilà qu’il bâcle également sa refondation.

Continuerez-vous de vous impliquer dans ce parti?

En toute honnêteté, je l’ignore. Une chose est sure, je ne vois pas la pertinence à continuer à prendre part aux grandes fêtes de l’insignifiance que devenus les congrès et les conseils nationaux du Parti Québécois.

Malgré les récentes difficultés, le mouvement indépendantiste jouit d’une chance incroyable : il continue à mobiliser des gens d’une grande qualité et d’une grande compétence. Le Parti Québécois saura-t-il leur faire une place ? C’est reste à voir.

Je suivrai la prochaine course à la chefferie avec intérêt dans l’espoir que – comme ce fut le cas au Bloc Québécois – se lève quelqu’un qui soit en mesure d’imprimer une impulsion nouvelle à ce parti. Je crains cependant que la course ne s’achève par l’élection de celui ou celle qui aura resservi le plus souvent la même vieille rengaine éculée, à savoir qu’il faudrait faire « la pédagogie de l’indépendance ». Qui a-t-il donc à enseigner quand – comme l’a avoué Yves-François Blanchette avec candeur samedi matin – on n’a pas le moindre plan, ni même le germe d’une idée de ce qu’il convient désormais de faire ?

Quel que soit le nombre de fiches des « 50+1 réponses pour l’indépendance » qu’on imprimera et qu’on distribuera, les québécois ne signeront jamais un chèque en blanc aux indépendantistes. Je suis cependant fermement convaincu que les Québécois savent reconnaître la compétence et le leadeurship et qu’ils y sont réceptifs. Amis indépendantistes, il est grand temps de faire preuve de réalisme et de se mettre au travail avec sérieux et aplomb; nous portons le fardeau de la preuve.