/sports/others
Navigation

Le retour du ice cross à Québec?

Red Bull étudie la possibilité de tenir un événement sportif dans la province l’hiver prochain

La dernière visite des patineurs extrêmes dans les rues du Vieux-Québec remonte à novembre 2015. 
Photo d'archives, Annie T. Roussel La dernière visite des patineurs extrêmes dans les rues du Vieux-Québec remonte à novembre 2015. 

Coup d'oeil sur cet article

Le géant de la boisson énergisante Red Bull a créé une certaine confusion, lundi, en dévoilant que Québec apparaissait au calendrier de la prochaine saison de son Championnat du monde de ice cross (anciennement Crashed Ice). Or, ce n’est pas la ville, mais la province qui a été retenue pour présenter la course du 7 mars prochain.

Le calendrier de la saison 2019-2020 de la discipline comprend 12 arrêts un peu partout dans le monde à partir du 28 décembre en Autriche, dont celui en mars, mois souvent privilégié par le passé pour accueillir les meilleurs patineurs extrêmes à Québec.

En entrevue lundi soir avec Le Journal, le directeur sportif chez Red Bull, Christian Papillon, a toutefois précisé que les négociations étaient toujours en cours pour trouver un site et qu’il ne fallait pas tirer des conclusions trop rapidement.

Percé et une autre ville

Dans le communiqué officiel, on stipule que la ville de Percé, au Canada, sera l’hôte d’une course le 1er février, tout comme Québec, le 7 mars, créant l’imbroglio sur l’endroit exact. Par le passé, des villes comme Sherbrooke et La Sarre ont tenu des compétitions de moins grande envergure que celles disputées à Québec de 2006 à 2015.

«Le site n’a pas été annoncé. Et comme on peut le voir dans l’annonce, c’est écrit Quebec et non Quebec City. Dans le passé, les communications utilisaient le terme Quebec City pour parler de la ville, pas cette fois. Le contrat n’est pas finalisé pour l’endroit de la course», a spécifié M. Papillon au bout du fil sans en dire davantage.

Une chose est sûre, si la Vieille Capitale est bel et bien retenue, la firme Gestev ne pilotera pas le dossier, a appris Le Journal au cours de la journée. Gestev a produit les 10 éditions présentées à ce jour dans les rues du Vieux-Québec. Il a également été possible d’apprendre que la Ville avait été approchée pour retrouver sa place sur le circuit mondial, mais qu’elle avait décliné l’invitation. Rien n’empêcherait la tenue de l’événement sur un site privé.

«La Ville a été informée en août de l’appel de candidatures pour recevoir un événement du RedBull Ice Cross de la saison 2019-2020, mais le choix fut de ne pas déposer de candidature», a déclaré par courriel le porte-parole David O’Brien.

Changement de nom

En changeant l’appellation Crashed Ice sous laquelle le sport a grandi depuis ses débuts, Red Bull souhaite marquer le coup d’une nouvelle ère pour le ice cross downhill alors que l’ensemble des courses seront présentées par la Fédération de Skate Cross Tout Terrain (ATSX).

S’inspirant du modèle d’autres disciplines, l’ATSX a classé les événements en trois catégories d’importance (1000, 500 et 250) selon la difficulté du parcours, de la qualité des athlètes présents et du nombre de points que ces derniers pourront récolter au classement.

À Percé, il s’agira d’une course du niveau 250 tandis que celle du 7 mars sera du niveau supérieur. La finale du 21 mars à Moscou figure parmi les trois épreuves majeures de la saison. La France, la Finlande, le Kazakhstan et le Japon sont les autres pays qui accueilleront les casse-cou sur lames.

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée