/sports/opinion/columnists
Navigation

C’était plus facile de vomir sur les Québécois

Don Cherry aura commis l’erreur de vomir sur quelqu’un d’autre que les Québécois et les francophones.
Photo d’archives Don Cherry aura commis l’erreur de vomir sur quelqu’un d’autre que les Québécois et les francophones.

Coup d'oeil sur cet article

Cette fois, Don Cherry a écopé. Out you go. Ça fait plus de 30 ans que Don Cherry tient des propos méprisants et racistes envers les Québécois et les francophones.

Il l’a fait quand il était assis sur son trône à Hockey Night in Canada, mais il l’a fait également lors des Jeux olympiques. Qu’on se rappelle certains propos offensants à l’égard de Jean-Luc Brassard avant les Jeux de Nagano, en 1998.

Je l’ai dénoncé. D’autres chroniqueurs du Québec l’ont fait. Des hommes et des femmes politiques ont exigé qu’on le retire des ondes de Radio-Canada, un diffuseur public national.

  • ÉCOUTEZ L'ENTREVUE DE RÉJEAN TREMBLAY À L'ÉMISSION DUTRIZAC DE 6 À 8

 

Il était indécent et dégueulasse qu’une télévision publique tolère pareil racisme envers un des peuples fondateurs et une minorité qui se bat pour sa survie.

CBC a toujours fait la sourde oreille. Cherry était trop populaire dans le reste du Canada. Et il était trop payant. J’ai voyagé souvent en sa compagnie et il était souvent plus populaire que les joueurs. Ça dit beaucoup.

LA RELIGION MULTICULTURALISTE

Mais cette fois, Don Cherry a tenu des propos sacrilèges contre la nouvelle religion du reste du Canada. Le ROC. Le multiculturalisme. La religion d’une société que Justin Trudeau a qualifiée de postnationale.

Rien ne résiste dans le ROC au multiculturalisme. Et dans certains secteurs des médias du Québec bien alignés sur la religion postnationale. On peut mesurer le poids de la nouvelle religion par les vomissures des médias et de certains hommes politiques sur la loi 21 et la politique d’immigration de François Legault.

Le Québec se fait traiter de raciste, de honte canadienne et de toutes les injures et les insultes que vous pouvez imaginer. On lit le National Post et on est atterré. Coudon, c’est vraiment comme ça que le ROC voit les Québécois ?

Encore là, il faut nuancer. Les évêques, les grands prêtres et les apôtres de la nouvelle religion règnent dans la région de Toronto. C’est Toronto qui a pris la décision de sacrifier Cherry à la vindicte des nouveaux religionnaires.

Surtout parce qu’il a 85 ans et qu’il était moins rentable. Faut plaire aux religieux, mais aussi aux actionnaires.

Et puisqu’on veut encore nuancer, on va s’entendre sur un autre point. Ce que Cherry a dit samedi dernier en interpellant le « you » des immigrants, il s’en serait tiré sans coup férir s’il s’était adressé à tous ces Québécois qui n’achètent pas le coquelicot et qui ne partagent pas la fièvre multiculturaliste des Canadians.

Son erreur aura été de vomir sur quelqu’un d’autre que les Québécois et les francophones. Et les « Chicken Swedes » évidemment.

On pourrait aussi poser une autre question. Et que serait-il arrivé il y a 30 ans si les Québécois s’étaient tenus debout ? S’ils avaient été capables de se fâcher ?

À VOIR AUSSI