/finance/business
Navigation

Faire du français une langue vivante

L’Office québécois de la langue française a remis ses prix à ceux qui font rayonner notre langue

GEN - GALA ARGENT OFFICE QUEBECOIS DE LA LANGUE FRANCAISE
Photo Martin Alarie Sur la photo, de gauche à droite: Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes; Biz, lauréat du Mérite du français dans la culture 2019, écrivain, scénariste et rappeur; Mathieu Plante, président de la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma; Charles Prémont, secrétaire-trésorier de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois; Ginette Galarneau, présidente et directrice générale de l’Office québécois de la langue française et présidente de la Commission de toponymie.

Coup d'oeil sur cet article

L’Office québécois de la langue française (OQLF) vient de récompenser cinq personnes qui font rayonner le français dans leur milieu lors du Gala des Mérites du français qui s’est tenu lundi dernier à Montréal.  

L’événement s’est tenu en présence du ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, et du ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, lequel a souligné l’importance du français, «langue d’accueil, d’échange et de créativité». Par leur travail et leurs efforts, les lauréats «contribuent à son renforcement», a-t-il précisé.  

Les lauréats se sont distingués dans les domaines de la culture, de la publicité et de l’enseignement supérieur. Il s’agit de Monique Cormier, vice-rectrice associée à la langue française et à la francophonie à l’Université de Montréal, de Sébastien Fréchette, auteur et rappeur mieux connu sous le nom de Biz, de Mélanie Delisle, de l’agence Cossette, et d’Alex Lachapelle, aussi de l’agence Cossette.  

Durant la soirée, un Mérite en toponymie a aussi été remis par la Commission de toponymie à la Ville de Matane.  

PRIX CAMILLE-LAURIN  

 Ce prix, nommé en l’honneur du « père de la Charte de la langue française », est attribué à Monique Cormier, vice-rectrice associée à la langue française et à la francophonie à l’Université de Montréal. Tout au long de sa carrière dans les domaines de la recherche et de l’enseignement, Mme Cormier a contribué à l’enrichissement du français, et elle a surtout permis son apprentissage au plus grand nombre de personnes.  

L'une de ses grandes réalisations est la création du Bureau de valorisation de la langue française et de la francophonie de l’Université de Montréal, qu’elle dirige depuis ses débuts en 2014. Grâce aux initiatives mises en place, elle a permis de positionner l’institution dans toute la francophonie.  

Elle s’est dite aussi très fière du partenariat entre l’UdeM et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) pour bâtir un programme de mentorat en français pour les commerçants de l’arrondissement Côte-Des-Neiges. « Nous avons développé le contenu de formation qui est donnée par nos étudiants afin d’aider ces commerçants, souvent issus de l’immigration, à renforcer l’usage du français », a-t-elle souligné.  

Attribué depuis 1999, le prix Camille-Laurin est la distinction la plus prestigieuse décernée par l’OQLF. Il est accompagné d’une bourse de 5000 $.  

MÉRITE DU FRANÇAIS  

Sébastien Fréchette, mieux connu sous le nom de Biz, est le lauréat du Mérite du français dans la culture 2019. Le rappeur du groupe Loco Locass devenu écrivain s’est toujours servi de ses oeuvres pour se porter à la défense du Québec et de sa langue.  

C’est son père, professeur de français, qui a semé en lui l’amour de la langue. Il a germé de façon remarquable tant dans ses chansons que dans ses livres. Prolifique auteur plusieurs fois récompensé, il a publié notamment La chute de Sparte , Naufrage , Dérives, et son plus récent, Les Abysses. Il joue également le rôle de passeur culturel en donnant des conférences dans les écoles.  

Lors de ses remerciements, il y est allé d’une allégorie avec le hockey. Il faut les efforts de toute l’équipe pour gagner une cause. Si l’État québécois joue le rôle de gardien de but en légiférant pour protéger la langue, il se voit, lui, comme un attaquant « qui aime compter des buts pour la célébrer ». Il n’a pas manqué de souligner le rôle des artistes et des intellectuels, véritables défenseurs prêts à monter au créneau « quand le français se fait brasser ».  

Rappelons que le Mérite du français dans la culture est remis depuis 1992 à un artiste qui fait rayonner la langue. Il est décerné par l’Union des artistes, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois, et la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma, en collaboration avec l’OQLF. Le lauréat reçoit une bourse de 5000 $.  

MÉRITE EN TOPONYMIE  

C’est la Ville de Matane qui a reçu cette récompense décernée par la Commission de toponymie pour son travail remarquable qu’elle effectue depuis plusieurs années pour procéder au choix de ses noms de lieux.  

La municipalité du Bas-Saint-Laurent s’est particulièrement démarquée auprès du jury en honorant la mémoire de nombreuses femmes remarquables, comme Elspeth Russell, dont le nom se retrouve dans le toponyme Aéroport Russell-Burnett de Matane. « Mme Russell est la seule Québécoise à avoir piloté des avions au sein de l’Air Transport Auxiliary durant la Seconde Guerre mondiale, et la première femme à avoir été intronisée au Panthéon de l’air et de l’espace du Québec », a souligné Jérôme Landry, maire de Matane. Avec son mari, Gérard « Gerry » Burnett, elle a fondé Matane Air Service, qui effectuait la liaison entre Matane et la Côte-Nord. Le Comité de toponymie de la Ville a aussi souligné l’apport d’autres bâtisseuses pour désigner des espaces verts, comme le parc Mélanie-Joncas, une enseignante qui a fondé la première section de la Croix-Rouge à Matane lors de la Première Guerre mondiale.  

MÉRITES FRANCOPUB  

 Deux prix sont remis dans cette catégorie qui souligne le travail des publicitaires dont les campagnes mettent en valeur l’élégance du style, l’originalité des mots et des expressions et l’efficacité du message.  

Le Grand Mérite Francopub 2019 a été décerné à Mélanie Delisle, de l’agence Cossette, pour les quatre publicités radiophoniques produites dans le cadre de la campagne Mise à jour du journal La Presse . Le jury a été conquis par l’agilité des mots utilisés qui, bien que déroutants, atteignent la cible.  

Le Mérite Francopub – la bourse Serges-Tougas a, pour sa part, été remise à Alex Lachapelle, de l’agence Cossette, pour quatre publicités de la campagne VIA Rail : la voie qu’on aime. Elles ont aussi séduit le grand public qui était invité à voter en ligne. Alex Lachapelle a donc reçu en plus le Mérite Francopub du public.  

Liste des lauréats   

  • MONIQUE CORMIER vice-rectrice associée à la langue française et à la francophonie à l’Université de Montréal  
  • SÉBASTIEN FRÉCHETTE auteur et rappeur mieux connu sous le nom de Biz  
  • MÉLANIE DELISLE de l’agence Cossette  
  • ALEX LACHAPELLE aussi de l’agence Cossette  
  • VILLE DE MATANE qui a reçu le Mérite en toponymie