/news/politics
Navigation

Martine Ouellet n’est plus membre du Parti québécois

Martine Ouellet
Photo d'archives, Simon Clark Martine Ouellet

Coup d'oeil sur cet article

Le discours résolument souverainiste du Parti québécois n’est pas crédible sans un engagement à réaliser l’indépendance dans un premier mandat, estime Martine Ouellet, qui n’a pas renouvelé sa carte de membre.

«Je suis une militante maintenant pour l’indépendance», précise l’ex-ministre péquiste, en entrevue avec notre Bureau parlementaire. Fondatrice du Mouvement Québec indépendant, un groupe «transpartisan», Martine Ouellet ne milite plus pour aucun des trois partis qui «ont l’indépendance dans leur programme».

D’ailleurs, pas question pour l’ancienne cheffe du Bloc québécois de tenter une nouvelle fois sa chance à la direction du PQ. «Je n’ai pas l’intention de me présenter à la chefferie», a-t-elle confié.

Au terme de son congrès de refondation, le PQ a promis de remettre la souveraineté à l’avant-scène et de faire campagne sur l’indépendance aux prochaines élections.

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef de bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, à QUB Radio:

Lettre ouverte

Dans une lettre ouverte, Martine Ouellet se dit «un peu» rassurée par la stratégie péquiste de parler davantage de souveraineté.

Mais le pot n’est pas loin. «C’est bien d’en parler [...], mais il manque un élément clé, c’est un peu comme l’éléphant dans la pièce, c’est l’absence d’engagement à réaliser l’indépendance. Mais s’il n’y a pas d’engagement à réaliser l’indépendance dans le mandat qui suit, ce n’est pas crédible», insiste-t-elle.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«C’est comme d’avoir un Parti vert qui annonce que s’il est élu, il ne fera rien pour l’environnement pendant quatre ans et qu’en plus, il ne mettra pas une cenne pour protéger l’environnement. Une aberration», écrit-elle dans sa missive.

Selon elle, seul un Québec pays permettrait de sortir du Canada pétrolier et d’enfin agir pour contrer les changements climatiques.

Plus encore, l’indépendance est «essentielle» pour que le Québec préserve sa laïcité, croit Martine Ouellet.

«Tant que le Québec va être une province, ça va être la même chose qu’avec la loi 101, [la loi 21] va se faire trouer par les tribunaux [en se basant] sur différents articles de la Charte des droits et libertés qui a été imposée au Québec.»