/investigations/polices
Navigation

Un gagnant mafieux est perdant à vie aux États-Unis

Celui qui a empoché 30 000$ à la loto a été banni de ce pays

FD-GIUSEPPE-FOCARAZZO
Photos d’archives Giuseppe Focarazzo, photographié ici en 2016, est une étoile montante de la mafia montréalaise.

Coup d'oeil sur cet article

L’un des personnages centraux de la mafia montréalaise vient d’être banni à vie des États-Unis. Giuseppe Focarazzo a été refoulé à la frontière alors qu’il se rendait à Las Vegas, ont confirmé plusieurs sources de notre Bureau d’enquête.

Le 2 novembre, Focarazzo, surnommé Joey Gator, et un de ses partenaires se sont présentés à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Ils prévoyaient se rendre dans la ville du vice pour assister au combat de boxe opposant Canelo Alvarez et Sergey Kovalev. Avec en poche 18 000 $ en devises américaines, le duo était prêt pour le combat prévu le soir même au MGM Grand Garden Arena.

Focarazzo avait en main un « US Waiver », une dérogation qui lui permettait de franchir la frontière américaine malgré ses condamnations pour extorsion, menaces de mort et lésions en 2004.

Ce document est octroyé par le Département de sécurité intérieure des États-Unis.

On le voit avec un chèque de plus de 30 000 $ qu’il a gagné l’été dernier à la loterie.
Photo Courtoisie
On le voit avec un chèque de plus de 30 000 $ qu’il a gagné l’été dernier à la loterie.

POUVOIR DISCRÉTIONNAIRE

Mais les douaniers américains à l’aéroport ont défait ses plans.

Ils se sont basés sur des informations policières voulant que Giuseppe Focarazzo soit maintenant chargé de faire le lien entre les Hells Angels et la mafia montréalaise.

En décembre 2018, il faisait d’ailleurs partie des invités au mariage de Martin Robert, le Hells le plus influent de la province.

« Les Américains considèrent le crime organisé comme une menace à la sécurité au même titre que les terroristes, et peuvent donc interdire l’accès en sol américain aux individus qui y sont reliés », rapporte une source au courant du dossier.

Bien qu’étonné par cette procédure expéditive, un avocat spécialisé en immigration explique qu’elle n’a rien d’inhabituel.

« Si les informations [sur l’implication de Giuseppe Focarazzo] sont postérieures à sa demande de dérogation pour entrer aux États-Unis, le douanier a toutes les raisons d’exercer son pouvoir discrétionnaire », affirme Me Stéphane Handfield.

DROGUÉ EN FLORIDE

Focarazzo a fait la manchette deux fois plutôt qu’une cet été.

En août, notre Bureau d’enquête révélait qu’il aurait été drogué et volé à son insu par une prostituée alors qu’il séjournait à l’hôtel W de Miami Beach.

Aussi, nous révélions fin juillet que l’homme de 43 ans avait gagné 30 016 $ à la loterie Banco, et qu’il posait fièrement avec son chèque sur le site web de Loto-Québec.

D’ailleurs, les nombreuses frasques médiatisées de Joey Gator lui ont valu un nouvel alias chez ses acolytes du crime organisé, qui le surnomment désormais Le Prince, selon nos sources.

Joint hier au téléphone, Giuseppe Focarazzo a refusé de s’entretenir avec notre Bureau d’enquête.

« Je ne suis pas intéressé, passez une bonne journée » a-t-il répondu avant de raccrocher.