/news/politics
Navigation

Compteurs intelligents: une pétition déposée par Québec solidaire remplie de faussetés

Compteurs intelligents: une pétition déposée par Québec solidaire remplie de faussetés
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal a déposé à l’Assemblée nationale une pétition bourrée de faussetés et qui dit que les compteurs intelligents nuisent à la santé des Québécois.  

Les affirmations contenues dans ce document signé par 617 citoyens font sourciller. Québec solidaire souligne que les députés n'ont pas à approuver une pétition et qu'ils sont de simples courroies de transmission. Reste que ce document prétend que les compteurs numériques émettent des champs électromagnétiques «à des niveaux prouvés néfastes pour la santé» et que 425 000 Québécois «souffrent de ces ondes», des affirmations non fondées selon Santé Canada. 

La pétition soutient aussi que les compteurs installés aux quatre coins du Québec «sont directement liés à plusieurs cas d’incendies» et que les données de consommation récoltées par Hydro-Québec sont vendues à profit, ce qui est nié par Hydro-Québec. 

On y laisse également entendre que ces appareils sont en contravention avec le Code criminel, qui interdit «d’intercepter volontairement une communication privée au moyen d’un dispositif électromagnétique».  

«Allégations totalement fausses»  

La société d’État Hydro-Québec déplore «les allégations totalement fausses» qui sont véhiculées dans la pétition. Marc-Antoine Pouliot, chef des affaires publiques de HQ, ne «veut pas commenter le dépôt de la pétition par QS», mais tient à rectifier les faits.  

Il souligne que Santé Canada et le ministère de la Santé du Québec ont confirmé que les compteurs ne posent aucun risque pour la santé.  

«Le niveau d’exposition aux radiofréquences à un mètre d’un compteur de nouvelle génération est 55 000 fois inférieur aux limites fixées par les normes de Santé Canada. Il se compare à celui d’un moniteur pour bébé et est de loin inférieur à celui de la plupart des appareils domestiques d’usage courant comme les cellulaires et les fours à micro-ondes», indique-t-il.  

Il ajoute qu’il n’y a «aucun cas d’incendie qui a été répertorié au Québec en lien avec les compteurs» et qu’il est «totalement faux que les données de consommation sont vendues».  

Ruba Ghazal affirme de son côté dans une réponse écrite que son équipe «a servi de médiateur entre ces citoyens souffrant d’électro-hypersensibilité et des représentants d’Hydro-Québec». Ce processus a «malheureusement» échoué et que cette pétition est «un moyen légitime pour les Québécois et Québécoises de porter leur revendication à l’Assemblée nationale». Le parti a indiqué par la suite que «Mme Ghazal ne souscrit pas à tout ce qui est dit dans cette pétition». 

Compteurs intelligents: une pétition déposée par Québec solidaire remplie de faussetés
Photo Simon Clark

Pharmachien  

Ce n’est pas la première fois qu’un député se fait prendre à déposer une pétition qui ne tient pas la route d’un point de vue scientifique. Le caquiste Youri Chassin a dû se distancier d’une pétition qui demandait de mettre sur pied un registre québécois de la vitamine C à haute dose dans les cas de traitements médicaux complémentaires de cancer.  

C’est le vulgarisateur scientifique Olivier Bernard, le Pharmachien, qui avait levé le voile sur cette pétition. Il avait ensuite été victime d’une campagne d’intimidation. Il a remporté cette semaine un prix international pour sa prise de position contre cette technique qui n’est pas prouvé.  

M. Bernard a également diffusé une bande dessinée sur les compteurs intelligents dans le passé. «Ton compteur intelligent te fait saigner du nez? Tu n’oses plus t’approcher de ton micro-ondes? T’as posé un bidule anti-cancer du cerveau sur ton téléphone cellulaire? Bienvenue dans le monde des ondes électromagnétiques supposément dangereuses», écrit-il sur son site web.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.