/misc
Navigation

Pete Buttigieg effectue une percée en Iowa

Pete Buttigieg effectue une percée en Iowa
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pete Buttigieg continue de surprendre. Inconnu il y a quelques mois au plan national, le maire de South Bend en Indiana est un candidat atypique.  

Je confesse d’entrée de jeu que lorsque je m’intéresse à une campagne électorale, je pèse le pour et le contre de chacune des candidatures. J’en tire une liste de mes «favoris». Je le fais aussi bien chez les républicains que chez les démocrates. Par exemple, si je devais conseiller le Parti républicain, je suggérerais aux stratèges d’approcher Nikki Haley.    

L’ancienne gouverneure de la Caroline du Sud et représentante des États-Unis aux Nations unies présente un profil qui permettrait à la formation politique de se rapprocher de l’électorat féminin et des minorités. Ses parents sont des immigrants originaires de l’Inde et ils sont de confession sikhe.    

Autant j’apprécie le potentiel de Haley chez les républicains, autant ce que je découvre depuis quelques mois chez Pete Buttigieg me plaît au plan stratégique. «Mayor Pete», comme on le surnomme, est un candidat démocrate plus conservateur. Le seul à mettre de l’avant ses croyances religieuses et un des deux candidats (Tulsi Gabbard est l’autre) à avoir servi militairement son pays.   

Lors des débats, Buttigieg n’a pas ménagé Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Sans qu’il le dise ouvertement, on comprend qu’il leur reproche de vendre du rêve. En ce qui concerne la couverture médicale, il appuie sur le bon bouton lorsqu’il défend une option publique tout en offrant à ceux qui sont assurés au privé de conserver leurs acquis. Il comprend qu’on ne peut forcer la main de ceux qui sont déjà bien traités, tout en économisant au passage des sommes qui ne sont pas négligeables.    

Malgré son jeune âge (à 38 ans, il deviendrait le plus jeune président élu de l’histoire), il démontre une grande assurance et il maîtrise parfaitement ses dossiers. S’il a étudié à Harvard et parle huit langues (une entrevue en norvégien a marqué les esprits), jamais on ne le sent déconnecté des gens. Il a le sens de la formule, est posé et concret.   

La relative inexpérience de Buttigieg n’est pas le seul facteur qui pourrait expliquer qu’on ne se range pas derrière lui au sein de l’establishment. Le candidat a également retenu l’attention parce qu’il est gai et marié. Son conjoint apparaît régulièrement à ses côtés et il est même devenu une vedette de la campagne.    

Est-ce bien pertinent de souligner cette réalité en 2019? Je ne pense pas me tromper en affirmant qu’au Québec on ne fait pas de cas de cette réalité, mais dans certains États et auprès de certains électeurs, le facteur a son importance. Il s’est d’ailleurs livré à quelques échanges corsés avec le vice-président Mike Pence sur le sujet.   

Jusqu’à maintenant, Pete Buttigieg avait déjà réalisé l’exploit de se hisser jusqu’au quatrième ou au cinquième rang dans les sondages. Considérant le point de départ, ce n’est pas une petite réalisation de surpasser les performances des Harris, Castro ou Booker. Les résultats d’un sondage publié ce matin par Monmouth University le placent pour la première fois au premier rang en Iowa.   

Si les médias et les commentateurs (moi, encore hier matin) ont accordé beaucoup d’attention aux candidatures de Michael Bloomberg et Deval Patrick, cette première place de Buttigieg est une nouvelle de première importance. Sanders et Warren mènent des campagnes solides et engrangent les contributions financières à un rythme soutenu alors que Biden est toujours en tête au plan national. Tout ce beau monde doit maintenant porter une attention toute spéciale au jeune candidat.   

Une fois de plus, Joe Biden devra se débattre pour préserver son statut. Lorsque Buttigieg grimpe, c’est principalement au détriment de Biden que s’effectuent ses gains. Si ce n’était de son inexpérience et de la question de la reconnaissance des droits de la communauté LGBT, comme stratège je ferais de «Mayor Pete» mon premier choix. Nous en saurons plus dans quelques semaines, mais déjà le parcours du maire de South Bend surprend et déstabilise les meneurs. Jusqu’où ira-t-il? Stay tuned!   

Le lien pour le sondage de Monmouth ici .