/lifestyle/techno
Navigation

Voici 10 astuces pour éviter de laisser des traces sur Internet et sur Google

Coup d'oeil sur cet article

Les géants du Web, Facebook et même des gouvernements collectent des informations sur nous pouvant être revendues à des grossistes publicitaires qui vous matraquent par la suite de nombreuses publicités.  

Notre grande utilisation de plateformes et de services gratuits comme Facebook et Google les ont fait gagner en puissance grâce au troc implicite qui s’est installé entre nos données personnelles et les revenus publicitaires.   

Au cœur du problème, les témoins (cookies) installés dans vos navigateurs sont nécessaires pour stocker des données temporaires, mais les grandes sociétés les utilisent également pour créer des profils de vos préférences, de vos revenus et de votre personnalité, ainsi que plusieurs autres techniques de pistage qui inondent la grande toile. Parmi elles, on compte cinq moyens de pistage:   

Les traqueurs des réseaux sociaux placés sur des sites Web pour suivre ce que vous faites, afin d’en savoir plus sur vous au-delà de ce que vous partagez sur vos comptes Facebook, Twitter et autres. Les témoins (cookies) de pistage intersites déposés par des annonceurs vous suivent d’un site à l’autre. Des publicités, des vidéos et d'autres contenus externes cachés sur des sites Web peuvent contenir des éléments de pistage. Les détecteurs d’empreinte numérique (fingerprinting) recueillent les paramètres de votre navigateur et de votre ordinateur pour créer un profil de vous. En utilisant cette empreinte numérique, ils peuvent vous pister sur différents sites Web. Les mineurs de cryptomonnaies utilisent la puissance de traitement de votre ordinateur pour «extraire» de l’argent numérique. Pour reprendre le contrôle de vos données personnelles, ces astuces valent bien quelques minutes à consacrer à vos systèmes et logiciels.   

1- Utiliser un moteur de recherche qui ne piste pas  

En d’autres mots, préférez DuckDuckGo plutôt que Google, qui enregistre votre butinage Web, mais qui sera toujours là si les résultats du premier ne conviennent pas.    

2- Utiliser des services de messagerie sécurisés  

Vous n’avez aucune raison de laisser vos fournisseurs de messagerie gratuits avoir accès au contenu de vos messages, comme Gmail, AOL, Hotmail, etc.   

Tutamail ou ProtonMail ne sont que quelques exemples de services courriel réputés pour respecter la vie privée et la confidentialité en chiffrant les données. Généralement payants, ils valent le coût. À noter que le service de base de Tutamail est sans frais.   

3- Utiliser des extensions antipistage  

Allégez vos navigations en bloquant les traqueurs avec des extensions (plug-ins) pour navigateur comme Ghostery, Disconnect ou encore l’excellent uBlock Origin qui, en plus de stopper les pubs envahissantes, est muni de centaines de milliers de filtres.   

Et séparez vos activités Web en utilisant deux navigateurs Internet tel qu’expliqué ici.    

4- Abonnez-vous à un réseau virtuel privé (VPN) payant  

Un réseau virtuel privé va chiffrer le contenu de vos connexions de votre ordinateur ou appareil mobile aussi bien sortantes qu’entrantes depuis le serveur privé.   

Sur les réseaux WiFi publics comme dans ceux des aéroports, restaurants, cafés Internet et hôtels, les connexions non chiffrées peuvent être écoutées même s’il y a un mot de passe de connexion. Et de petits malins armés de programmes pirates surnommés «sniffer» peuvent à peu de frais découvrir ce que vous pitonnez.   

Évitez absolument les VPN gratuits peu fiables.   

Un bon service VPN dispose de serveurs privés dans plusieurs pays, ne stocke aucun journal de vos connexions et offre des applications VPN pour tous vos appareils et ordinateurs dans un même abonnement. Allez choisir le vôtre ici ou sur TunnelBear qui est recommandé par le site Wirecutter du NYTimes.   

En moyenne, un service VPN coûte environ 50 $US par an.   

5- Utilisez des produits Apple  

Parlant du NYTimes, un texte du journaliste David Pogue résume bien l’univers numérique divisé en deux.   

D’un côté, il y a «Apple qui privilégie la confidentialité, par exemple, on ne se connecte pas avec Safari ou Plans, vos recherches et voyages ne sont pas liés à vous. L’outil antipistage de Safari est activé par défaut et quand vous achetez avec Apple Pay, la firme à la pomme ne reçoit aucune information sur le produit, le magasin ou le prix.   

«Apple peut se permettre cette stratégie parce qu’elle est une entreprise de produits matériels. Son modèle d’affaires dépend de l’argent que nous payons pour ses produits.   

«De l’autre côté, Google et Facebook tirent leurs revenus en vendant nos informations à des tiers.»   

6- Évitez l’outil de connexion Facebook  

Bien que pratiques, les outils de connexion «Sign in with Google/Facebook» permettent à ces sociétés de vous pister sur d’autres sites, selon Joel Potischman, l’ expert logiciel cité par D. Pogue.   

À la place, utilisez un gestionnaire de mots de passe.    

7- Gare à ce que vous publiez sur Facebook  

Ici, le conseil vient de Frank Abagnale, le fraudeur qui a fait l’objet du film Catch Me If You Can, devenu conseiller et expert en sécurité pour le FBI.   

Selon lui, n’inscrivez jamais votre date et votre lieu de naissance sur Facebook, car ces données sont vitales pour frauder votre identité. Ne publiez pas de photo de vous-même qui ressemble de près à une photo de passeport ou un permis de conduire, laquelle pourrait servir à forger une fausse identité.   

Dans un autre de mes articles, Abagnale dit pourquoi on ne devrait jamais utiliser de carte de débit.
  

8- Comment supprimer automatiquement vos données Google  

Pendant toutes les années que l’on utilise les services Google, le géant Internet conserve ces données afin de pouvoir construire des profils sur nous, que ce soit pour des recommandations personnalisées ou pour mieux nous cibler avec des publicités.   

Ce que peu de gens savent, c’est que Google nous offre en contrepartie des outils de confidentialité pour mieux encadrer nos données personnelles, ce que l’on peut lire sur le blogue du groupe ici.    

Allez sur le lien direct myactivity.google.com pour activer la suppression manuelle ou automatique après 3 ou 18 mois de vos activités de recherche sur Google.ca/com, vos demandes vocales avec l’assistant Google, vos destinations sur Maps et sur la boutique Play.   

Ces outils de confidentialité concernent également votre historique YouTube qui peut être supprimé manuellement ou automatiquement après 3 ou 18 mois.   

De mon côté, je préfère la méthode radicale de suspension des historiques qui ne retient aucun passé sur la plateforme vidéo ni des positions sur Maps ou sur d’autres services.   

9- Mode incognito sur Maps  

Sur Google Maps, nous avons la possibilité d’utiliser l’application de navigation routière en mode incognito.   

Ouvrez l’appli Google Maps dans votre téléphone intelligent, tapez l’icône de votre compte dans le coin supérieur droit, puis tapez «Utiliser Cartes sans compte».   

Et vous avez toujours le choix de la suppression automatique à 3 ou 18 mois.   

Comme il n’existe aucune solution unique pour tout le monde, réglez à votre guise les paramètres de votre compte Google.   

10- Ne vous fiez pas uniquement à la navigation privée  

La navigation privée ne vous garantit pas l’anonymat sur Internet. Votre fournisseur d’accès à Internet, votre employeur ou les sites visités eux-mêmes peuvent toujours recueillir des informations sur les pages que vous avez visitées.   

Pour vous en convaincre, cet article sur les idées reçues de la navigation privée est à lire.