/sports/racing
Navigation

Camionnettes NASCAR: une rencontre déterminante pour Raphaël Lessard

Le jeune pilote québécois Raphaël Lessard peut compter sur l'expertise de son nouvel agent, Alan Labrosse.
Louis Butcher Le jeune pilote québécois Raphaël Lessard peut compter sur l'expertise de son nouvel agent, Alan Labrosse.

Coup d'oeil sur cet article

HOMESTEAD, Floride | Il y a deux mois à peine, l’avenir de Raphaël Lessard semblait compromis aux États-Unis.  

Mais c’est avant qu’un certain Alan Labrosse ne vienne s’immiscer dans le dossier du jeune pilote québécois qui vient de signer une entente pour disputer l’an prochain une saison complète dans la série des Camionnettes NASCAR au sein de l’écurie Kyle Busch Motorsports (KBM), l’une des puissances du plateau.   

Bien que la vente de l’Autodrome Saint-Eustache, dont il est propriétaire, n’est pas encore conclue, Labrosse avoue avoir plus de temps à consacrer à de futurs projets. Celui notamment de revenir à son ancien rôle d’agent de pilotes.  

Or, à la mi-septembre, il s’est présenté devant les parents de Lessard, François et Chantal, pour leur faire savoir que s’ils avaient besoin de quoi que ce soit pour aider leur fils, il était prêt à intervenir.   

«Je leur ai dit que j’avais les compétences et l’expérience pour les appuyer dans leurs démarches», a expliqué Labrosse en entrevue au Journal à Homestead, en Floride. «Quelques jours plus tard, l’appel est venu. Ils m’ont invité à une première rencontre avec le groupe d’investisseurs qui parrainent Raphaël. Puis à une deuxième.»  

«C’est là que j’ai constaté, à la fin de septembre, que les choses n’allaient pas bien. Les nouvelles n’étaient pas rassurantes. J’ai senti le besoin que je devais m’impliquer», a-t-il poursuivi.  

Un voyage qui a tout changé  

Labrosse a donc décidé de passer un peu de temps avec Lessard pour mieux l’apprivoiser.   

«Nous sommes partis tous les deux, seuls en voiture, vers Dover, au Delaware, a raconté Labrosse. Nous avons discuté de choses et d’autres pendant de longues heures. Sincèrement, il m’a impressionné. Dès lors, mon idée était faite. Il méritait que je m’occupe de lui.»   

Cette randonnée à Dover était d’abord destinée à rencontrer Jack Irving, dont le titre de directeur principal et chef commercial chez Toyota Racing Development (TRD) fait de lui un des grands décideurs dans la détection de jeunes talents en NASCAR.   

«On m’avait avisé que c’était un monsieur droit et plutôt froid, a relaté Labrosse. Mais dès les premières minutes de notre discussion, j’ai rapidement réalisé que ça cliquait entre nous et qu’autant TRD, Toyota, l’écurie KBM et Kyle Busch appréciaient Raphaël.»   

«C’est certain que tous ces partenaires ont d’autres pilotes aussi prometteurs dans leur mire, d’ajouter Labrosse. On a bien reconnu le talent de Lessard.»  

«Mais, c’est plus encore, de renchérir Labrosse. C’est l’individu qui m’a impressionné. Son attitude, sa volonté de réussir dans tout ce qu’il entreprend. Il est sérieux. Pour un kid de 18 ans, Raphaël est une exception. Il fait preuve d’une maturité exemplaire.»  

Le premier chapitre   

Labrosse est revenu au Québec gonflé d’espoir.  

«J’ai rencontré une nouvelle fois, après mon court séjour à Dover, le groupe d’investisseurs composé de gens d’affaires prospères qui ont toujours cru au potentiel de Raphaël. Notre réunion a été fructueuse. Ils ont été conquis» a-t-il indiqué.   

«On s’est dit qu’on avait un beau projet, a souligné Labrosse. Un projet à long terme voué à la réussite si tout le monde y met du sien.»   

«Moi, je me suis senti interpellé, a-t-il confié. Ce n’est que le premier chapitre, mais il est écrit.»   

Labrosse a été associé à d’autres talents de la course dans le passé, dont Patrick Carpentier, Miguel Duhamel et notamment Andrew Ranger.   

«J’ai habituellement un bon flair pour voir assez rapidement, prétend Labrosse, si un pilote a toutes les aptitudes pour se rendre à un très haut niveau. À vrai dire, il n’y avait que Raphaël dans mon esprit. Et personne d’autre.»  

«D’ailleurs, Raphaël me fait un peu penser à Patrick. Tout le monde les aime. Ces deux pilotes ont non seulement le talent, mais aussi le charisme», a-t-il soutenu.  

Un vent de fraîcheur  

«Je suis encore un passionné de courses, c’est certain, de poursuivre Labrosse. Mais moi, j’ai une plus grande satisfaction de vouloir contribuer à l’éclosion de ce talent brut qu’est Raphaël. Je ne pouvais passer à côté de cette opportunité.»  

Également présents à Homestead, certains des investisseurs, à qui nous avons parlé, dont André Allard, Pierre Lagacé et Daniel Fortier, n’ont pas caché que l’intervention de Labrosse a été un tournant dans les négociations avec l’écurie KBM.   

«La venue d’Alan, son nouvel agent, apporte un souffle nouveau et surtout une crédibilité au projet que l’on caresse tous de voir Raphaël gravir les plus hauts échelons du NASCAR, ont-ils indiqué unanimement. Il a été un rouage important dans nos démarches pour finaliser l’entente qui va lui permettre de rouler à temps plein l’an prochain en Camionnettes. On est sûrs de faire un bon bout de chemin ensemble.»   

Le rôle de Labrosse consistera aussi à dénicher un commanditaire majeur pour financer le jeune Lessard dans cette aventure coûteuse, même si le contrat est signé pour 2020.  

Enfin, le clan Lessard s’en voudrait de ne pas reconnaître aussi l’implication de Jessica Ménard, associée à l’écurie Dumoulin Compétition en Série NASCAR Pinty’s, qui n’a pas ménagé les efforts pour voir ce beau projet se concrétiser. Pour tous les intervenants, elle aura été une alliée précieuse et indispensable.