/news/provincial
Navigation

[EN IMAGES] Le projet de terminal «le plus vert» en Amérique

Les installations seront automatisées et on réduit le dragage des fonds marins

Coup d'oeil sur cet article

Le Port de Québec a présenté vendredi son futur terminal de conteneurs qui sera fonction en 2024 dans le secteur de Beauport et qui sera « le plus vert en Amérique du Nord ».

Le terminal de conteneurs de 775 millions $ sera entièrement électrifié et les infrastructures seront automatisées. « On est dans un environnement fortement technologique », a fait valoir le directeur de projet, Hugues Paris. « C’est très intéressant au niveau environnemental. »  

La dernière mouture du projet de terminal de conteneurs Laurentia a été présentée vendredi. Elle comporte une avancée de quai de 610 mètres, qui sera accolée au secteur de la baie de Beauport, avec des installations électrifiées et automatisées ainsi que cinq voies ferrées.
Photo courtoisie Crédit Hutchison Ports
La dernière mouture du projet de terminal de conteneurs Laurentia a été présentée vendredi. Elle comporte une avancée de quai de 610 mètres, qui sera accolée au secteur de la baie de Beauport, avec des installations électrifiées et automatisées ainsi que cinq voies ferrées.

Pour M. Paris, le terminal s’inscrira parmi les ports les plus modernes au monde, avec ceux de Rotterdam, Barcelone, Shanghai et Sydney. « Ça va être le plus évolué en Amérique du Nord, ça va être le terminal le plus vert », a affirmé le directeur de projet.

Grâce à l’automatisation, on promet de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre et de 50 % celles d’oxyde d’azote. La machinerie des terminaux traditionnels est généralement alimentée au diésel.

Photo courtoisie Hutchison Ports

Nouveau quai

On construira un nouveau quai de 610 mètres, comme prévu dans le projet initial, accolé au secteur de la baie de Beauport. Mais on n’aura pas besoin d’un deuxième poste à quai, ce qui fera en sorte qu’on réduira le dragage du fleuve de 43 %. « On touche moins à l’habitat marin. »

Photo courtoisie Hutchison Ports

Le terminal, d’une capacité annuelle de 700 000 conteneurs équivalents à vingt pieds, comprendra des grues-portiques, qui déchargeront les conteneurs des navires. Des véhicules de transport horizontaux et contrôlés à distance vont les soulever et les amener sur une pile, là où un pont roulant viendra les chercher et les amènera près des rails ou sur un camion.  

Photo courtoisie Hutchison Ports

Limiter la circulation

En tout, 90 % du volume de la marchandise circulera par train. Les 10 % restants, par camion. Cela signifie 180 mouvements de camions par jour, de 7 h à 15 h, six jours sur sept et un à trois navires par semaine. Le Port veut sensibiliser les camionneurs à l’importance d’emprunter les autoroutes, mais convient qu’il n’a pas de réglementation sur cet aspect.

On conserve le mur qui doit servir d’écran visuel et sonore pour séparer les activités portuaires de la zone récréotouristique de la baie de Beauport. Le Port dit travailler activement avec le Forum des usagers de la baie pour trouver une solution acceptable.

Les usagers ont aussi été avisés que l’enclos à bateaux situé au sud du site devra être amputé de 5000 mètres carrés. On cherche une solution de compensation.  

Un million de mètres cubes de terre seront nécessaires pour le remblayage de l’arrière-quai d’une superficie de 13 hectares. On utilisera en partie des sédiments qu’on draguera des fonds marins et qui seront décontaminés. Pour le reste, le Port a décidé d’amener du matériel par train plutôt que par camion, ce qui évitera la circulation de 77 000 véhicules lourds en quatre ans.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.