/news/society
Navigation

L’aide est insuffisante selon des sinistrés

Le gouvernement double les montants annoncés

Inondations 2019
Photo Stéphane Sinclair Richard Lauzon, sinistré.

Coup d'oeil sur cet article

Sainte-Marthe-sur-le-Lac | Des citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sont restés sur leur faim à la suite de l’annonce vendredi des dernières mesures d’aide financière présentées par la ministre des Affaires municipales.

À lire aussi : Sainte-Marthe-sur-le-Lac: d’importantes mesures pour aider les sinistrés

« Ça n’a pas de sens. C’est frustrant. Je vais pouvoir m’acheter des lumières de Noël avec l’aide du gouvernement, mais il n’y a rien pour compenser ce qu’on a perdu comme valeur sur nos maisons », dénonce Richard Lauzon, un sinistré de la 35e avenue.

Grosses pertes

L’homme de 63 ans a été inondé le soir du 27 avril dernier lorsque la digue qui protégeait la municipalité a cédé, engloutissant près de 2000 maisons. Propriétaire de deux résidences, il est toujours en attente du règlement final pour des pertes de plus de 450 000 $.

Comme de nombreux citoyens rencontrés par Le Journal, le retraité s’attendait à une annonce beaucoup plus généreuse que le nouveau programme de 17,5 millions $ annoncé vendredi après-midi par la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest.

Décos de Noël

Le gouvernement va donc doubler l’aide déjà allouée par le ministère de la Sécurité publique (MSP) pour couvrir les meubles ou les articles qui étaient présents dans les cabanons des sinistrés comme les outils, le linge d’hiver et même les décorations de Noël.

À titre d’exemple, une famille ayant obtenu 20 000 $ pour ses meubles se verra automatiquement accorder 20 000 $ supplémentaires.

Le gouvernement ajoute aussi une garantie de prêt allant jusqu’à 95 % de la valeur marchande de la maison pour effectuer des travaux de rénovation.

« On ne s’est pas établi dans une zone inondable, on était protégé par un ouvrage gouvernemental qui a cédé. Le gouvernement devrait nous dédommager à 100 % », a rappelé M. Lauzon, qui est à la tête d’un recours collectif à ce sujet.