/news/provincial
Navigation

Les élus de la Ville de Québec augmentent leur rémunération

Les élus de la Ville de Québec augmentent leur rémunération
Photo d'archives, Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Les conseillers municipaux et le maire de Québec ont décidé vendredi matin de s’accorder une augmentation de rémunération pour compenser l’imposition fédérale de leur allocation de dépenses.

La dépense nette pour la Ville s’élève à 140 000 $. La hausse est rétroactive au 1er janvier 2019. Les montants varient selon chaque conseiller. Le maire, par exemple, recevra 8000 $ de plus. Les autres conseillers auront une hausse variant de 4000 à 7000 $.

« La Ville de Québec annonce qu’elle entend proposer aux élus membres du conseil municipal l’adoption d’un règlement modifiant leur rémunération afin notamment de compenser l’imposition fédérale de l’allocation de dépenses et ainsi maintenir leur pouvoir d’achat, et d’ajuster la formule d’indexation annuelle de leur rémunération selon l’indice des prix à la consommation de Québec. »

C’est par voie de communiqué, vendredi en fin d’après-midi, que la Ville a fait cette annonce. Elle emboîte ainsi le pas à d’autres villes de même qu’aux élus provinciaux, qui ont choisi de compenser la perte subie par la décision du gouvernement fédéral d’imposer les allocations de dépenses des élus. La modification à la Loi sur le revenu est entrée en vigueur en janvier dernier.

Selon la Ville de Québec, ce changement réduit la rémunération totale nette des élus municipaux « et donc leur pouvoir d’achat ». Pour les élus de Québec, cette nouvelle donne représentait une perte entre 2870 $ (pour les conseillers) et 4060 $ (pour le maire).

Formule d’indexation modifiée

La rémunération sera donc désormais majorée. De plus, la Ville annonce que « la formule d’indexation annuelle des salaires sera modifiée afin d’utiliser dorénavant le taux de croissance des prix à la consommation de Québec, soit la même formule utilisée pour la taxation ».

Le conseiller de Québec 21, Stevens Mélançon, a affirmé que la hausse a été décidée par l’administration Labeaume. « Nous, on n’avait pas fait de demande là-dessus. On va suivre les règles qu’on établit. »

Il n’a pas indiqué s’il voterait pour la résolution lorsqu’elle sera présentée au conseil municipal, voulant d’abord consulter ses collègues. Il concède que ce sont les contribuables de la Ville de Québec qui vont payer pour la décision prise au fédéral. « C’est toujours les gens [qui paient]. On a été mis au courant de ça [vendredi]. On va prendre le temps d’analyser. »

Le vice-président du comité exécutif, Rémy Normand, n’a pas voulu commenter cette décision de l’administration Labeaume.