/entertainment/stage
Navigation

Rémi-Pierre Paquin dans Le Schpountz: à la recherche de la célébrité

Rémi-Pierre Paquin
photo jean-François Desgagnés Rémi-Pierre Paquin

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir joué en solo durant deux ans, Rémi-Pierre Paquin était très heureux de se retrouver entouré d’autres comédiens sur les planches. Un plaisir qu’il savoure à nouveau avec la tournée de la pièce Le Schpountz, qui s’amène à Québec. 

« J’étais un peu tanné de ne jouer avec personne. Je l’ai fait, mais ce n’est pas quelque chose que je ferais à toutes les années. J’aime ça jouer avec du monde », a-t-il lancé, faisant référence au spectacle Antartique Solo, qui l’a occupé en 2017 et 2018. 

L’offre de jouer le rôle principal de la pièce Le Schpountz, présentée le printemps dernier au Théâtre du Rideau Vert, à Montréal, lui a permis de se retrouver au cœur d’une grosse distribution. 

À l’affiche, dimanche soir, à la salle Albert-Rousseau, Le Schpountz met en vedette Stéphane Allard, Raymond Bouchard, Marilyse Bourke, Normand Carrière, Alexandra Cyr, Mathieu Lorain Dignard, Philippe Robert, Linda Sorgini et Rémi-Pierre Paquin. 

Un gars qui veut 

Le Schpountz raconte l’histoire d’un gars qui travaille dans un magasin général de la Côte-Nord dans le Québec d’aujourd’hui. Il déteste son boulot et il aspire à plus grand. Il tentera de saisir sa chance lorsqu’une équipe de cinéma s’installera dans sa région pour un tournage. 

« C’est l’histoire d’un gars un peu naïf, qui a beaucoup d’ambitions, mais pas nécessairement le talent qui va avec. Il est convaincu qu’il est une vedette et il veut en crisse », a raconté Rémi-Pierre Paquin, dans la dernière ligne droite d’une tournée de 23 spectacles. 

Le Schpountz est une adaptation du film du même nom de Marcel Pagnol. La mise en scène est de Denise Filiatrault. 

« Le film remonte à 1938, mais l’histoire résonne toujours, avec la quête de la célébrité, les influenceurs, les réseaux sociaux et les télé-réalités, où tout le monde veut avoir sa petite gloire. Tout le monde connaît quelqu’un qui a eu ce genre d’ambition », a fait remarquer Rémi-Pierre Paquin, dans une brûlerie du Vieux-Québec. 

Décès d’une pionnière 

Ginette Guay, cofondatrice du théâtre La Bordée, est décédée le 9 novembre, à l’âge de 63 ans. La comédienne, qui a participé à une trentaine de créations dans cet établissement théâtral, laisse dans le deuil son conjoint, Jean-Jacqui Boutet, et ses fils, François et Charles.