/news/currentevents
Navigation

Disparition de Julie Surprenant: de troublantes confessions sur son lit de mort

Coup d'oeil sur cet article

 L’enquête sur la disparition et la mort probable de Julie Surprenant est toujours ouverte à la Sûreté du Québec même si, 20 ans après les faits, les chances de résolution restent faibles.  

En 2006, Richard Bouillon, un voisin et agresseur sexuel notoire, aurait admis sur son lit de mort à la Cité-de-la-Santé de Laval avoir enlevé, violé, puis tué la jeune femme. Cependant, sa confession faite aux employés du centre hospitalier où il était soigné n’a jamais été corroborée par les autorités.  

Selon son récit, il aurait jeté le corps dissimulé dans un sac de sport dans la rivière des Mille Îles, effaçant, du moins en partie, les traces de son crime.  

Cinq ans trop tard  

Le psychopathe au lourd passé judiciaire a emporté une bonne partie de son secret dans sa tombe lorsqu’il est décédé le 21 juin 2006.  

Toutefois, ce n’est qu’en 2011 que ses révélations ont été connues puisque l’infirmière auxiliaire et la préposée aux bénéficiaires à qui le criminel s’était confié n’ont pas cru bon d’informer les policiers.  

« À l’époque, on n’en avait pas parlé, parce qu’on se disait que ce n’était pas à nous de faire ça », avait mentionné une des confidentes anonymes lors de l’émission de Claude Poirier à LCN.  

Une enquête publique du coroner, enclenchée dans la foulée de cette sortie, aura permis de lever un peu le voile sur la séquence des aveux de Bouillon à Annick Prud’homme et Johanne Dubois sans permettre de conclusion définitive.  

Pas toute la vérité  

L’homme de 52 ans était considéré comme le suspect numéro 1 des enquêteurs dès le signalement de la disparition. Un test polygraphique en 2000 a confirmé que Bouillon ne disait pas toute la vérité sur ses activités du 15 au 16 novembre 1999, sans avoir de valeur légale.  

Après son arrestation en 2003 pour une autre affaire d’agression sexuelle, des codétenus ont tenté de le faire avouer.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Stéphan Parent, réalisateur du documentaire Trouver Julie, à QUB Radio:

Finalement, le sachant mourant en 2006, des enquêteurs l’avaient réinterrogé quelque temps avant son hospitalisation pour un cancer.  

Il a toujours nié.