/weekend
Navigation

The Crown 3: la monarchie fascine encore

Coup d'oeil sur cet article

L’auteur et scénariste Peter Morgan a un attachement particulier pour la monarchie et plus précisément pour la reine Elizabeth II. Il a d’abord écrit le scénario du film The Queen, puis la pièce The Audience. En 2016, il débarquait avec un projet ambitieux : raconter plus de 60 ans de règne (la reine en compte 67) avec la série The Crown. Morgan a ainsi signé avec Netflix un contrat pour six saisons de 10 épisodes dont la troisième sera diffusée dès demain. Il y a longtemps que la monarchie n’avait pas été aussi populaire. Merci à Kate, Meghan et... Peter Morgan !

La première saison de The Crown nous a permis de voir une jeune Elizabeth (incarnée par Claire Foy) vive et moderne qui s’est vu imposer le trône. Trône qu’elle hérita de son père, George VI, lequel l’avait eu malgré lui, après l’abdication de son frère. Nous avons assisté à son mariage avec Philip Mountbatten, un gars qui aimait se la couler douce, semble-t-il, puis à son apprentissage auprès d’une mère rigide, et aux conseils que lui donna Winston Churchill. Une ascension pavée de sacrifices qui démoliront d’ailleurs sa sœur, la princesse Margaret.

Dans la seconde saison, c’est à une femme froide et droite à laquelle nous avons affaire alors qu’elle arrive difficilement à jouer ses rôles de mère et d’épouse. « Vous n’êtes pas reine de temps en temps, mais tout le temps, vous êtes terrifiante. » C’est ce que lui dira Philip­­­. Nous sommes alors au début des années 1960. La troisième saison illustrera la période de 1964 à 1976 couvrant les deux mandats du premier ministre Harold Wilson. Il faudra attendre la quatrième saison, dont le tournage a débuté au mois d’août, pour voir Margaret Thatcher et Lady Diana Spencer.

L’envers de la médaille

Bien qu’elle puisse sembler désuète, la monarchie continue de fasciner. D’abord, elle est un gage de stabilité. Dans un monde où tout bouge rapidement et où rien n’est acquis, la famille royale demeure. De plus, les gens ont besoin de rêver. La série The Crown a sans doute contribué à rallier un public plus sceptique en nous faisant voir les deux côtés de la médaille du règne. Enfin, la nouvelle génération envoie un message de renouveau et d’espoir en brisant certaines barrières. Elle se montre plus humaine.

3 choses pour vous préparer à The Crown 3

1. Pour une question de crédibilité et pour ne pas vieillir artificiellement les acteurs, la production a pris la décision de renouveler complètement la distribution. C’est à l’actrice Olivia Colman qu’on a confié le rôle d’Elizabeth II. Fait amusant : l’actrice britannique, que l’on connaît notamment pour son rôle dans la série Broadchurch, a une certaine expérience... royale. Elle a brièvement incarné la reine Elizabeth dans le film Hyde Park on Hudson, et elle était la reine Anne d’Angleterre dans The Favourite, qui lui a valu un Oscar. Notons également que l’actrice­­­ Helena Bonham Carter (A Room with a View, Harry Potter) reprendra le rôle de Margaret, qui sera dans la tourmente de son divorce. Enfin, Tobias Menzies, le capitaine Randall de la série Outlander, s’est vu offrir d’incarner le prince Philip.

2.Si la politique joue toujours un rôle de premier plan dans The Crown, la troisième saison s’intéressera davantage à la relation qu’Elizabeth entretient avec son mari et avec sa sœur. Nous serons aussi témoins de son amitié grandissante avec Porchie, un entraîneur de chevaux de course dont elle a toujours été très proche. Un passage qui soulève d’ailleurs déjà la controverse. Bref, le pouvoir et la richesse n’apportent aucunement le bonheur. Nous verrons aussi le prince Charles (Josh O’Connor), premier héritier de la Couronne, devenu un jeune adulte. Nous y verrons aussi une jeune Camilla Parker Bowles, actuelle épouse de Charles, qu’il a connue avant Diana, et dont la relation était impossible.

3 .Au moment où The Crown reprend, l’Angleterre est en pleine crise économique. Un nouveau premier ministre vient d’être élu, Harold Wilson (Jason Watkins), un travailliste beaucoup moins proche de la royauté que ses prédécesseurs, ce qui nécessitera beaucoup de diplomatie de la part d’Elizabeth, que l’on retrouve plus expérimentée, confiante, voire plutôt dure. Cette décennie est aussi marquée par quelques deuils.


♦ The Crown 3 dès le 17 novembre sur Netflix

 

Toujours plus de monarchie

La monarchie vous fascine à un point tel que vous voulez en voir plus ? Voici deux séries qui abordent la royauté.

The Windsors

Photo courtoisie, Channel 4

Cette série dont deux saisons sont diffusées sur Netflix est une comédie qui parodie ce qu’est, peut-être, le quotidien de la famille royale britannique. Il faut comprendre ici que les histoires sont complètement fictives mais basées sur de vrais titres de tabloïds. Une troisième saison est attendue, brossant la rivalité entre les couples William-Kate et Harry-Meghan.

Victoria

Photo courtoisie, PBS

Elizabeth ne fut pas la première femme à accéder au trône. Victoria, fille du prince Edouard Auguste, est devenue reine du Royaume-Uni en 1837 après la mort sans héritier des frères de son père. Elle régna pendant plus de 63 ans soit jusqu’à sa mort en 1901. Trois saisons racontant son ascension et sa vie sont diffusées sur Ici Tou.tv.