/sports/hockey/canadiens
Navigation

À la recherche de son identité

L’équipe de John Tortorella connaît un début de saison difficile après avoir subi d’importants changements depuis le printemps dernier

Meilleur marqueur des Blue Jackets cette saison, le centre Pierre-Luc Dubois a été jumelé à deux nouveaux coéquipiers, lors de la troisième période du dernier match.
Photo Martin Chevalier Meilleur marqueur des Blue Jackets cette saison, le centre Pierre-Luc Dubois a été jumelé à deux nouveaux coéquipiers, lors de la troisième période du dernier match.

Coup d'oeil sur cet article

COLUMBUS | La situation des Blue Jackets de Columbus n’a pas réellement changé depuis leur visite au Centre Bell, la semaine dernière. Il faut dire que depuis ce revers crève-cœur de 3 à 2 en tirs de barrage, la troupe de John Tortorella n’a disputé qu’une seule rencontre.

« Ça nous a fait du bien mentalement. Ça nous a permis de faire autre chose que de penser strictement au hockey », a raconté David Savard, lundi midi, au terme de l’entraînement de son équipe.

Inutile de rappeler que le réveil a été difficile pour les représentants de l’Ohio, quelques mois après leur parcours inattendu du printemps dernier. Vainqueurs dans seulement deux de leurs neuf derniers matchs, ils tentent encore de définir leur véritable identité.

« On se cherche encore »

Pas surprenant que Tortorella ait spécifié qu’il préfère axer son plan de match sur sa propre équipe lorsque le représentant du Journal l’a informé des absences à moyen terme de Jonathan Drouin et de Paul Byron.

« On se cherche encore, alors vaut mieux nous concentrer sur notre jeu. En début de saison, les équipes essaient davantage de trouver le système qui leur permettra de gagner, a expliqué Pierre-Luc Dubois, abondant dans le même sens que son entraîneur. Plus la saison avance, plus ça devient spécifique. Au 60e match, disons, c’est là qu’on commence à se concentrer un peu plus sur chacun des adversaires. »

Trios méconnaissables

Cette quête d’identité est devenue si intense que Tortorella a complètement chambardé ses trios à compter du troisième engagement de la dernière sortie de son équipe.

Premier centre des Blue Jackets, Dubois est désormais accompagné de Sonny Milano, qui a fait la navette entre la Ligue américaine et la LNH au cours des quatre dernières saisons, et de la recrue Emil Bemstrom.

C’est Boone Jenner, un centre combatif, qui joue avec Gustav Nyquist et Oliver Bjorkstrand. Voilà ce qui arrive lorsqu’une équipe peine à marquer des buts.

« Nous venions de jouer deux de nos pires périodes de la saison, a raconté l’entraîneur des Blue Jackets pour expliquer ces changements. Puis, nous en avons joué une excellente en troisième. Nous essayons de bâtir là-dessus. Nous devons présenter un style plus simple, mais surtout démontrer suffisamment de confiance en nos moyens pour compléter nos jeux. »

Même si ses coéquipiers et lui ont d’autres chats à fouetter, Dubois a tout de même convenu que les pertes de Drouin et Byron pourraient être lourdes pour le Canadien.

« Drouin est assurément un gros morceau de leur attaque. Byron est également très dangereux. Et pas seulement en désavantage numérique. En raison de sa vitesse, il est difficile à affronter à forces égales », a-t-il déclaré.

Séquence en tête

Par ailleurs, Tortorella n’est pas du genre à s’attarder aux matchs passés. Toutefois, devant les quelques membres des médias présents au Nationwide Arena lundi, le bouillant entraîneur est revenu sur l’une des séquences déterminantes du match de mardi dernier.

« On peut certainement se servir de ce match pour comprendre ce qu’il faut éviter de faire à 5 contre 6. D’ailleurs, on y est déjà revenu », a-t-il indiqué.

Les Blue Jackets se dirigeaient vers la victoire lorsque Tomas Tatar a créé l’égalité avec 41 secondes à écouler à la troisième période, résultat d’une passe transversale parfaite de Nick Suzuki.

Parions qu’ils éviteront désormais de laisser un attaquant seul, derrière eux, dans l’enclave.