/finance/business
Navigation

Le gouvernement Legault a choisi le repreneur de Capitales Médias

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a choisi le modèle des coopératives d’employés pour tenter de sauver le Groupe Capitales Médias. TVA Nouvelles a appris que le ministre de l’Économie annoncera, mardi, qu’il soutient ce modèle, qui sera soumis par le syndic à la Cour supérieure.  

Une source gouvernementale confie qu’il s’agit du «meilleur modèle parmi plusieurs» soumis au syndic responsable de la restructuration. Il devrait permettre, à terme, d’assurer la survie des journaux en région. D’importantes compressions budgétaires, incluant des abolitions de postes, ne sont pas exclues.   

Selon ce plan, les 350 employés et cadres des six quotidiens deviendront en quelque sorte propriétaires de leurs journaux. Le Fonds de solidarité de la FTQ et le Fondaction de la CSN pourraient aussi investir plusieurs millions.   

Investissement Québec sera aussi appelé en renfort à hauteur d’au moins 5 M$. Le gouvernement du Québec, sous Philippe Couillard, avait déjà englouti 10 M$ dans la déroute du groupe de presse.   

La transition vers ce modèle d’affaires pourrait prendre encore plusieurs mois. Il n’est pas exclu que le syndic demande au tribunal plus de temps afin de ficeler la restructuration, qualifiée de «très complexe» au gouvernement.   

Les retraités furieux  

La solution préférée du gouvernement risque fort de faire mal aux retraités du Groupe Capitales Médias. Tout indique que ces derniers devraient perdre près de 30% de leur rente de retraite dès le 1er janvier.   

«Certains retraités devront vendre leur maison, changer de logement, changer de résidence pour personnes âgées. D’autres devront retourner travailler», s’alarme Pierre Pelchat, qui représente les syndiqués retraités du quotidien Le Soleil.   

«Des gens qui ont travaillé pendant 30, 40 ans pour la famille Desmarais se retrouvent avec des coupures de rentes, à la veille des Fêtes, c’est incompréhensible et c’est inacceptable», déplore le journaliste à la retraite. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.