/qubradio
Navigation

Le PQ a perdu ses principes, selon Gabriel Nadeau-Dubois

Le PQ a perdu ses principes, selon Gabriel Nadeau-Dubois
STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le député Gabriel Nadeau-Dubois estime que le Parti québécois (PQ) a perdu ses principes et son âme.  

«C’est un parti qui, en voulant plaire à tout le monde, a perdu ses principes, a perdu son âme», a soutenu le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), lundi matin, sur QUB radio.   

Pour Gabriel Nadeau-Dubois, le PQ souffre d’«instabilité chronique», ajoutant «que c’est un parti qui a parfois pêché à droite, parfois pêché à gauche, parfois fait campagne au centre et gouverné au centre droit».   

«C’est un parti qui, aujourd’hui, se réclame de l’écologie, alors que c’est le parti qui a lancé l’exploitation pétrolière sur Anticosti, a déploré le député solidaire de Gouin. C’est le parti qui a financé publiquement la cimenterie de Port-Daniel, qui est le plus gros émetteur industriel de gaz à effet de serre au Québec.»   

«C’est un parti qui semble avoir perdu le nord, qui semble avoir perdu ses principes», a-t-il lancé.   

«Je ne reconnais pas dans le Parti québécois ce grand parti de changement et ce grand parti d’avenir, comme ça a été le cas dans le passé», a insisté le député solidaire.   

   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue complète de Gabriel Nadeau-Dubois sur QUB radio:    

  

Un mouvement divisé   

En entrevue avec Richard Martineau, M. Nadeau-Dubois a également affirmé que son parti n’était pas l’unique responsable des divisions à l'intérieur du mouvement souverainiste.   

«C’est plutôt la mode depuis quelques années de reprocher à Québec solidaire d’être la source de divisions au sein du mouvement indépendantiste, a-t-il regretté. Mais le Parti québécois, comme parti indépendantiste, a lui aussi, par le passé, posé parfois des gestes qui ont parfois contribué à ça [la division]. La charte des valeurs, par exemple, est un projet qui a grandement divisé les indépendantistes entre eux.»   

Le co-porte-parole de QS a par ailleurs souligné qu’«il n’y a aucune famille politique qui est propriétaire de l’indépendance».   

«Il y a des indépendantistes de droite, il y a des indépendantistes de gauche, il y a des indépendantistes de centre, il y a des indépendantistes qui sont très, très nationalistes, il y en a qui sont beaucoup moins nationalistes, mais qui restent indépendantistes.»   

«La famille indépendantiste, elle est large, et la plupart des familles politiques sont représentées dans le clan indépendantiste», a-t-il insisté.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions