/finance/business
Navigation

Transport en commun: place à l’amélioration dans les parcs industriels de la région de Québec

Florent Bouguin, vice-président de l’ingénierie et des technologies chez Optel, Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Annick Gonthier, directrice de l’organisme Mobili-T, Julie Bédard, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, et Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et membre du conseil de la CMQ.
Photo Diane Tremblay Florent Bouguin, vice-président de l’ingénierie et des technologies chez Optel, Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Annick Gonthier, directrice de l’organisme Mobili-T, Julie Bédard, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, et Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et membre du conseil de la CMQ.

Coup d'oeil sur cet article

La desserte des autobus de transport en commun s’est améliorée dans quelques parcs industriels de la région de Québec, mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour rendre le service plus accessible. 

C’est le cas notamment au Parc technologique du Québec Métropolitain qui regroupe près de 6000 travailleurs.   

«On rentre dans la partie hivernale. [...] L’été, ça va, mais l’hiver ça va moins bien. On attend l’autobus dans le banc de neige. Si la charrue passe, vous pouvez imaginer les enjeux. Il n’y a pas d’abribus. C’est ça qui reste à améliorer. Le réseau est assez dense maintenant. Il y a de bonnes disponibilités, mais il faut améliorer le confort du passager», a fait part Florent Bouguin, vice-président de l’ingénierie et des technologies chez Optel. 

«Il y a aussi des enjeux de sécurité. Ce n’est pas tout le temps facile. Simplement traverser le boulevard du Parc technologique pour aller rejoindre l’arrêt de bus de l’autre côté, c’est tout un défi. Il n’y a pas de passages protégés et les voitures roulent très vite», a-t-il ajouté. 

Dévoilement d’un guide 

En attendant que des améliorations soient apportées, la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) a choisi le Parc technologique lundi pour lancer un guide, produit au coût de 25 000$, visant à encourager les entreprises à favoriser la mobilité durable auprès de leurs employés. 

«La réalisation d’un guide comme celui-ci est entièrement cohérente avec le plan métropolitain d’aménagement et de développement de la communauté métropolitaine», a affirmé Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et membre du conseil de la CMQ. 

Selon lui, la production de ce guide est «le premier jalon pour bâtir une culture de la mobilité dans la région». 

«Sans l’avoir lu en détail, je suis certain que le guide doit comporter plusieurs exemples de réussite au sein même des entreprises d’ici, dans le Parc technologique», a renchéri M. Normand. 

Au printemps 2018, le RTC a injecté 650 000$ pour améliorer les parcours dans quatre parcs industriels. 

«On est justement à évaluer et à faire le bilan de ça. On attendait d’avoir un an de complété», a souligné M. Normand qui reconnaît qu’il est possible d’améliorer la desserte. 

«S’il y a quelqu’un qui paye au bout du compte, je peux peinturer le territoire au complet avec le transport en commun. Ça prend quelqu’un qui finance ces opérations-là et on cherche de plus en plus à être efficient. Cela nous permet de dégager certaines heures de service. [...] On est à l’aube d’un système plus structurant et ça va nous permettre de renforcer beaucoup les dessertes dans certaines parties du territoire notamment dans les parcs industriels et en périphérie», a-t-il maintenu. 

Le guide des bonnes pratiques, qui était en préparation depuis deux ans, a été imprimé à une centaine d’exemplaires. Il peut être téléchargé gratuitement sur les sites de la Communauté métropolitaine de Québec et de Mobili-T.