/opinion/blogs/columnists
Navigation

Vos gueules les boomers?

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce ce qu’a voulu dire Chlöe Swarbrick, une députée de 25 ans du parti vert en Nouvelle-Zélande, récemment, en lançant « OK BOOMER » en chambre à un collègue plus âgé qui l’interrompait, alors qu’elle abordait la question des changements climatiques ? Elle reprenait cette expression, devenue le slogan en réponse aux préjugés que les plus vieilles générations peuvent avoir sur les plus jeunes. 

S’ensuivit un nombre incalculable de débats sur le fossé entre les générations. Ce qui m’a amenée à conclure que ce conflit a toujours existé. 

Quand mon grand-père est parti du Lac-Saint-Jean pour aller étudier à Montréal, il a trouvé ses parents arriérés d’avoir peur pour lui. Ma mère a trouvé ses parents arriérés de l’empêcher de prendre une sabbatique pour voyager après le cégep. J’ai pensé la même chose des miens quand ils me sermonnaient à propos du temps que je passais sur les réseaux sociaux. 

C’est comme ça depuis toujours. C’est juste normal. C’est même sain. 

Différentes réalités pour différentes générations 

Chaque génération fait face à des enjeux et doit relever des défis qui lui sont propres. Alors que pour les baby-boomers le monde était à construire, pour nous, les millénariaux, il est à rebâtir. 

Pour mettre KO les idéologies rétrogrades, parfois il faut dire : « OK BOOMER ». Le but n’est pas de dire « vos gueules », mais bien de mettre au tapis les idées qui mettent en péril notre futur. 

Ne vaudrait-il pas mieux accueillir la crainte des jeunes par rapport à leur avenir, plutôt que de ridiculiser leur réalité ? 

Quand on sait que la plupart des mésententes entre générations, entre personnes et entre communautés sont dues à un manque de communication, comment fait-on pour réduire cet écart ? En démontrant davantage de respect. 

N’empêche que je vais tout de même me préparer mentalement à me faire dire dans quelques années par mon filleul : « OK MILLÉNARI-YO ! »