/sports/hockey/remparts
Navigation

Les Remparts en manque de soldats

L’infirmerie déborde, une situation qui «pèse lourd» selon l’entraîneur Patrick Roy

Patrick Roy dirigeant un entraînement au Centre Vidéotron en septembre.
Photo d’archives, Stevens Leblanc Patrick Roy dirigeant un entraînement au Centre Vidéotron en septembre.

Coup d'oeil sur cet article

La liste des blessés continue de s’allonger chez les Remparts. À l’entraînement de mardi matin, six joueurs réguliers manquaient à l’appel, tandis que deux autres évoluaient avec un chandail vert. «Ça commence à peser lourd», avouait l’entraîneur Patrick Roy.

Le plus récent ajout à la liste des blessés des Diables rouges, et non le moindre, est le capitaine de l’équipe, Félix Bibeau.

Victime d’un coup de bâton au poignet de la part de Tristan Pelletier dimanche, à Chicoutimi, le vétéran de 20 ans représente un cas douteux pour les matchs de la fin de semaine. La bonne nouvelle dans son cas est qu’il n’a pas subi de fracture.

Pelletier a quant à lui été réprimandé mardi, se voyant décerner deux matchs de suspension pour ce geste.

Nicolas Savoie, Aleksei Sergeev, Dylan Schives, Charles Truchon et Jacob Melanson brillaient également par leur absence mardi matin, tandis qu’Édouard Cournoyer et Gabriel Montreuil portaient du vert, interdisant tout contact.

Les cas de Savoie, Schives, Montreuil et Truchon seront réévalués quotidiennement, tandis que Sergeev, Melanson et Cournoyer ne sont pas encore prêts à revenir au jeu.

Séquence difficile

«Les blessures nous affectent beaucoup présentement, a déploré Roy. Je ne me rappelle pas d’avoir vu autant de blessures. Après 23 matchs, on est rendus à entre 60 et 70 matchs ratés pour cause de blessures. C’est du stock! En même temps, ça permet à d’autres de prendre la relève et de se développer, ce qui est notre objectif en tant qu’équipe. On joue aussi pour 0,500, et si on m’avait dit qu’on aurait cette fiche à la mi-novembre, je l’aurais pris.»

Il n’existe assurément pas de bons moments pour avoir autant de joueurs réguliers à l’infirmerie, mais disons que, pour les Remparts, ce n’est vraiment pas le bon moment.

L’équipe traverse actuellement une séquence difficile, ayant perdu ses cinq derniers matchs, dont les trois du week-end dernier lors desquels ils ont combiné une fiche de sept buts marqués contre 21 accordés.

L’entraîneur des Diables rouges a d’ailleurs regroupé ses joueurs au centre de la patinoire du Pavillon de la jeunesse pendant une dizaine de minutes, mardi matin, afin de remettre les pendules à l’heure.

«La seule manière de bâtir la confiance, c’est de faire les bonnes choses sur la patinoire. Un moment donné, on va en gagner un, puis deux, et on va se mettre à marquer des buts et à bien jouer défensivement. On continue de travailler sur certaines facettes de notre jeu qu’on veut améliorer», ajoute l’entraîneur, qui croit que son équipe manque de cohésion en attaque en ce moment en plus d’éprouver des difficultés à sortir la rondelle de son territoire.

EN BREF

Tommy Luneau s’est aussi entraîné avec un chandail vert mardi matin, lui qui a subi une commotion cérébrale dans un match junior AAA avec le Titan de Princeville.

Rappelons que l’attaquant continue de s’entraîner avec les Diables rouges même s’il a été prêté au niveau AAA.

Patrick Roy alternera les rappels de joueurs affiliés au cours des prochains matchs afin de ne pas dépasser la limite permise de dix rencontres avant la date butoir des transactions du temps des Fêtes. C’est Hugo Audette qui joindra l’équipe ce week-end.

Des vétérans au banc des accusés

Patrick Roy n’a pas hésité à pointer certains vétérans, dimanche dernier, après la défaite de 6-2 contre les Saguenéens de Chicoutimi. Parmi ceux-ci : le vétéran de 19 ans Édouard St-Laurent, qui assure avoir compris le message de l’entraîneur.

Le pilote des Remparts a notamment pointé du doigt le jeu défensif de St-Laurent, coupable de deux mauvaises couvertures défensives qui ont mené aux deux premiers buts des Sags, dimanche.

«C’est le genre de couvertures qu’on peut améliorer facilement», a répété Roy mardi matin, ajoutant aussi ne pas avoir été emballé par le travail dans sa zone d’Anthony Gagnon, dimanche dernier.

St-Laurent était bien au courant du mécontentement de son entraîneur et ne cherchait pas d’excuses après l’entraînement de mardi.

«Défensivement, il y a beaucoup de choses que je dois continuer à travailler. Je dois m’appliquer davantage et être plus alerte. Je dois me concentrer sur certains détails et ne pas chercher à forcer le jeu. Si je fais ça, je vais aider l’équipe.»

EN FAIRE PLUS

Avec les récentes blessures, St-Laurent fera partie des joueurs qui devront en donner davantage aux Remparts s’ils désirent gagner leur part de matchs.

«Les blessures, ça arrive à chaque saison, alors il faut s’y attendre. C’est à nous de lever notre jeu d’un cran et d’en donner un peu plus. Si on recommence à bien exécuter les détails, les bonnes choses vont arriver.»

Pour le gardien Carmine-Anthony Pagliarulo, les Remparts ne doivent pas se laisser abattre par le nombre important de blessures.

«C’est sûr que les blessures ne nous aident pas, mais les gars qui sont encore dans l’alignement étaient là aussi en début d’année. On doit juste se replacer sur le droit chemin et ça va bien aller.»

LES CATARACTES ARRIVENT

Après une longue séance d’entraînement d’environ une heure et demie, mardi, les Diables rouges auront congé de glace mercredi, mais devront se prêter à une séance en gymnase.

Ils affronteront les Cataractes de Shawinigan au Centre Vidéotron vendredi, les Tigres à Victoriaville samedi, puis recevront la visite des Islanders de Charlottetown, dimanche.