/news/education
Navigation

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay veut s'entendre avec son ancienne directrice

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Le conflit ne semble pas près de se régler entre la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et son ex-directrice générale Chantale Cyr. 

Le fossé continue de se creuser entre les deux parties, qui ne s'entendent pas du tout sur les réclamations qui doivent être versées à la suite d'un jugement rendu en faveur de l'ancienne directrice par le Tribunal administratif du travail plus tôt cet automne. 

Alors que Chantale Cyr réclame sa réintégration ainsi qu'un montant de plus de 1 million $ à titre de dommages et pour payer ses frais d'avocat, la commission scolaire, de son côté, propose de lui verser une indemnité équivalente à 18 mois de salaire, soit 249 498 $. 

Cette somme proposée ne permet même pas de couvrir les frais d'avocat déboursés jusqu'à présent par Chantale Cyr. 

La commission scolaire s'oppose également au retour dans ses fonctions de directrice. «[...] la réintégration de la plaignante entrainera la poursuite d'un conflit nuisible à la plaignante, à l'organisation et la réussite éducative des élèves», peut-on lire dans un document, dont TVA Nouvelles a obtenu copie. 

Par ailleurs, la commission scolaire réitère sa volonté qu'un médiateur soit nommé dans le dossier pour permettre de régler le litige à l'amiable. 

Le 30 septembre dernier, le Tribunal administratif du travail a donné raison à l'ancienne directrice générale. Le juge Guy Roy a conclu que Chantale Cyr a non seulement été congédiée illégalement, mais qu'elle a aussi été victime de harcèlement psychologique de la part de la présidente de la commission scolaire, Liz Gagné.