/news/politics
Navigation

120 M$ à la clé en taxant les GAFAM, dit Isabelle Melançon

La députée libérale Isabelle Melançon
Photo Simon Clark La députée libérale Isabelle Melançon

Coup d'oeil sur cet article

Au moment où se joue l’avenir des journaux du Groupe Capitale Médias, la députée libérale Isabelle Melançon a réitéré mercredi l’importance de taxer les revenus publicitaires des géants du web pour assurer la pérennité des médias québécois.

En taxant Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (les GAFAM), le gouvernement québécois pourrait aller chercher environ 120 millions $ en revenus annuellement, a rappelé la députée de Verdun en point de presse à l’Assemblée nationale.

Ces sommes pourraient aller dans un «fonds dédié à la culture et aux communications», a-t-elle ajouté.

«Il y a un programme que le gouvernement a annoncé, avec des crédits d'impôt [sur les salaires des employés des salles de rédaction]. Les crédits d'impôt auraient pu être payés par les millionnaires de la Californie qui ne paient pas de taxes, pas d'impôts au Québec», a-t-elle aussi donné en exemple.

Le gouvernement Legault attend d’avoir en main un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avant de décider s’il taxera le chiffre d’affaires des GAFAM, a rappelé Isabelle Melaçon, ce qui constitue une grave erreur selon elle.

«Si on passe à côté de cette opportunité-là, bien, on va se retrouver avec d'autres exemples, comme on a vu pour Groupe Capitales Médias. On va en avoir d'autres, là, au courant de l'année. On ne peut pas attendre après un rapport de l'OCDE», a-t-elle déclaré.

La migration des revenus publicitaires vers le web constitue le «nœud du problème», a répété à plusieurs reprises dans le passé Isabelle Melançon.

«À Matane et en Abitibi, j'ai demandé qui étaient les journalistes et j'ai demandé qui étaient les journalistes représentants Facebook, Google, Amazon, que vous connaissez bien. Ils n'ont pas de journalistes. Mais ils prennent l'information et, malheureusement, mettent à mal actuellement nos médias locaux, régionaux, nationaux», a-t-elle exposé.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.