/news/transports
Navigation

Aéroport de Québec: la direction veut diminuer les frais de stationnement

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le président et chef de la direction de l’Aéroport international Jean-Lesage, Stéphane Poirier.

Coup d'oeil sur cet article

Près de trois semaines après avoir annoncé une hausse des tarifs pour le 1er janvier, l’Aéroport de Québec révèle qu’il souhaite revoir à la baisse ses frais de stationnement au cours des prochaines années.

Cette mesure s’inscrit dans le nouveau plan de la direction visant à optimiser les installations de l’établissement afin d’améliorer sa santé financière.

Jeudi, devant des gens d’affaires de la région de Québec, le président et chef de la direction de l’Aéroport international Jean-Lesage, Stéphane Poirier, a dévoilé une partie de sa stratégie pour augmenter les revenus de l’établissement.

Depuis sept mois, M. Poirier affirme avoir entendu les commentaires des voyageurs. Il concède que plusieurs déplorent les frais élevés pour le stationnement. Présentement, les tarifs par tranche de 24 heures – ils bondiront de 50 cents en 2020 – varient de 19,50 $ à 24,50 $.

«Les gens de Québec prennent un taxi pour venir à l’aéroport, car cela coûte cher», dit-il. « Je pense qu’on devrait apporter une offre différente de produits avec plusieurs niveaux de services », poursuit-il, n’étant toutefois pas en mesure de chiffrer la diminution qu’il souhaite appliquer.

Deux hôtels

Le grand patron souhaite également développer les terrains à proximité de l’aéroport afin de maximiser les revenus. La direction a d’ailleurs récemment lancé un appel d’offres pour la construction d’une station-service. M. Poirier aimerait aussi voir sortir de terre deux complexes hôteliers.

Les appels d’offres pour les hôtels devraient être lancés en début 2020. L’objectif est de réaliser une première pelletée de terre en 2021. «On pense qu’il s’agit d’une très bonne façon pour diversifier nos sources de revenus. Cela permettrait d’enlever un peu de pression sur les frais aéroportuaires», souligne le président.

«Pour les trois ou quatre prochains mois, nous allons préparer un terrain cible. On voudrait un produit trois étoiles d’environ 150 chambres et plus près du terminal un quatre étoiles de 150 à 180 chambres», ajoute-t-il.

Quant aux possibles nouvelles liaisons, l’Aéroport indique avoir ciblé plusieurs endroits prisés par les gens de Québec. Les responsables souhaitent concentrer leurs efforts sur ces destinations.

«Nous créerons des conditions gagnantes dans le but d’améliorer la desserte vers certaines destinations déjà offertes, comme Paris, Fort Lauderdale et Calgary. Nous investirons aussi beaucoup d’efforts pour aller chercher des vols directs sur Boston, Orlando, Los Angeles, Las Vegas, Edmonton, Vancouver et Halifax», conclut M. Poirier.