/sports/opinion/columnists
Navigation

Le tournoi U 13 M 13 de Québec !

Wayne Gretzky
Photo d'archives, Yvan Lebel Le petit Wayne Gretzky a participé au Tournoi de hockey peewee en 1974 au Colisée de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Et ça continue. La semaine dernière, c’est Don Cherry qui a été sacrifié sur l’autel de l’idéologie multiculturaliste, l’an prochain, c’est le tournoi international peewee de Québec qui va devoir devenir le tournoi M 13 de Québec. Comme va falloir être bilingue pour les petits Canadiens, ça risque de devenir le tournoi international U 13 M 13 de Québec !!!

C’est Hockey Canada qui a décidé de bannir les termes peewee, bantam et midget du hockey amateur canadien... et québécois : « Pour être plus inclusif, pour permettre aux nouvelles familles de mieux s’y comprendre », a déclaré un porte-parole de Hockey Canada. Les nouveaux arrivés sont sans doute plus habitués aux termes du soccer.

Ben oui chose. Ça s’inscrit dans la grande mouvance du politiquement correct. Midget, en anglais, signifie nain. Quant à peewee, plusieurs linguistes soutiennent que c’est un mot d’origine amérindienne. Or, une association de « petites personnes » de l’Alberta a justement fait pression sur Hockey Canada il y a quelques mois. Et on a tellement peur des réactions quand on touche aux éléments culturels des Premières Nations...

Peewee, bantam et midget !!! Depuis que le Canada est le Canada et que le hockey est le hockey que tous les Canadiens et les Québécois savent ce que veulent dire ces mots. Bien plus, lors de mes conversations avec les dirigeants russes l’an dernier, ce sont les termes peewee et bantam qu’ils utilisaient pour parler de leur hockey mineur.

Beeeubye les peewee ! Vive le tournoi international U13 M 13 de Québec. Et que dire de la Ligue M17 AAA !

J’ai hâte d’entendre Gilbert Delorme parler du tournoi U13 M 13...

UNE DÉCONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ

En cherchant des informations sur le mot peewee, j’ai contacté la brillante historienne et auteure (autrice pour les féministes, 77 livres publiés) Russel-Aurore Bouchard. Elle était livide en abordant le sujet.

L’historienne Russel-Aurore Bouchard croit que le remplacement des termes peewee, bantam et midget fait partie d’une opération pour « déconstruire la société canadienne ».
Photo d'archives
L’historienne Russel-Aurore Bouchard croit que le remplacement des termes peewee, bantam et midget fait partie d’une opération pour « déconstruire la société canadienne ».

« C’est une décision politique. Ça fait partie d’un programme dont je n’ai pas les détails pour arriver au grand projet d’une société postnationale comme l’a vendue Justin Trudeau, il y a quatre ans. On procède à la déconstruction de la société canadienne pour la remplacer par une sorte de miasme. Je ne veux pas être accusée de croire à une théorie du complot, mais il y a un programme. Depuis Trudeau père que la marche est inexorable », de dire Mme Bouchard.

« On est en train de changer de fond en comble la population et les traditions du Canada. On remplace littéralement la population. On torpille les institutions dans lesquelles les gens se reconnaissent et, cette fois, on s’attaque aux enfants. Il n’y a rien de plus national, de plus ancré que le hockey chez les jeunes du pays. On s’attaque à l’identification même de cette institution. Tous les enfants savent ce que veulent dire peewee, bantam et midget. Anglophones et francophones.Pour un enfant sportif, garçon ou fille, c’est un rite de passage. Or, dans la structure d’une société, les rites de passage sont importants. Ils sont essentiels. Je n’ai pas besoin de tous les rappeler. [La naissance, le bal des finissants, le mariage, les funérailles.] On s’attaque aux points de repère pour mieux déconstruire la société. Et les gens semblent impuissants et semblent avoir peur de réagir », de résumer l’historienne.

Et Mme Bouchard ajoute : « D’ici quelques années, peut-être deux ou trois, on va faire sauter un autre repère important. Le genre. On va obliger tous les enfants à pratiquer un sport non genré. Fini les équipes de gars et les équipes de filles. Avec les conséquences qui vont s’ensuivre.»

UN AUTRE MONDE

The Times They Are a-Changin’, chantait Bob Dylan. Wayne Gretzky aura dominé le tournoi U13 M 13 au vieux Colisée de Québec. Guy Lafleur aura donné une gloire extraordinaire au tournoi U 13 M 13. Raymond Bourque aura été un grand U 15 M 15. Et je me rappelle encore quand j’allais voir jouer Steve Larouche dirigé par John Paris avec son équipe U 17 M 17 AAA. Paraît que les nouvelles familles fraîchement immigrées au Canada vont se sentir plus incluses avec leur ligue U 13 M 13 AA en attendant que la plus grande des filles atteigne le U 15 M 15 AAA ! Si Hockey Canada le dit.

Je pense à Christian Larouche et Caroline Héroux ; leur film Les Peewee 3 D va-t-il devoir s’appeler Les U 13 M 13 3 D ?

J’ai hâte de voir comment les bénévoles qui prépareront les prochaines saisons de hockey à Roberval, Baie-Comeau, Sept-Îles, Matane ou Victo, ceux de Sarnia, de North Bay, de Red Deer ou de Saskatoon vont parler.

Vont-ils rester qui ils sont ou vont-ils devoir adopter la langue de l’élite multiculturaliste ?

Vous connaissez la réponse. Ils vont finir par plier. Mais alors, vous connaissez aussi l’avenir de ce pays.