/news/politics
Navigation

[EN IMAGES] Confrontation au Salon bleu entre François Paradis et Marc Tanguay

Coup d'oeil sur cet article

Un affrontement entre le libéral Marc Tanguay et le président François Paradis a viré à la foire d’empoigne au Salon bleu jeudi, donnant lieu à des échanges acrimonieux.  

Photo Simon Clark

«Sors-le!», a lancé le leader parlementaire de la CAQ, Simon Jolin-Barrette, au sujet de son vis-à-vis libéral.      

«Les fils se touchent», aurait déclaré le premier ministre François Legault, toujours au sujet de M. Tanguay, selon deux sources distinctes.      

Photo Simon Clark

Pendant ce temps, le leader parlementaire libéral défiait le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, qui est apparu visiblement ébranlé par cet affront très public à son autorité.      

Jeunes autistes  

La tension, qui couvait depuis deux semaines, a éclaté au détour d’une motion libérale demandant la tenue d’auditions publiques sur les services offerts aux personnes autistes qui atteignent l’âge adulte.      

«Il y a beaucoup, actuellement, de travail dans les commissions parlementaires, du travail qui n'avance pas dans les commissions parlementaires», a déclaré le premier ministre François Legault pour justifier son refus de tenir de telles audiences. «Et, M. le Président, on a déjà accepté plusieurs mandats d'initiative de l'opposition depuis qu'on est ici. On n'a rien, rien, rien, aucune leçon à recevoir du Parti libéral», a-t-il ajouté.      

Photo Simon Clark

Ces dernières déclarations ont mis le feu aux poudres. «M. le Président, le premier ministre tient des propos blessants lorsqu'il...», a lancé Marc Tanguay.   

François Paradis est intervenu immédiatement en interdisant au leader parlementaire libéral d’expliquer les raisons de son intervention. Le refus du président d’entendre les arguments de M. Tanguay a mené à une longue confrontation entre les deux hommes.    

Au cours de l’échange, François Paradis est apparu très émotif à un certain moment. «Je préside. Je viens de vous le dire, c'est comme ça que ça va se passer», a-t-il affirmé depuis le trône, un trémolo dans la voix.   

Photo Simon Clark

«Pas très fier»  

Cette altercation était la dernière de plusieurs séances houleuses au Salon bleu depuis deux semaines, où M. Tanguay et M. Paradis se sont affrontés à plusieurs reprises. Mercredi, Simon Jolin-Barrette est d’ailleurs apparu exaspéré, lançant: «François, ça ne marche pas».   

«Aujourd’hui, je ne suis pas très fier d’être assis au Salon bleu et de constater cette ambiance-là. Je pense qu’on est capables de faire mieux», a déclaré le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, à la sortie de la période des questions.   

Le whip en chef du gouvernement estime pour sa part que les leaders parlementaires des différents partis doivent s’asseoir avec le président de l’Assemblée nationale afin de régler leurs différends. «Je pense qu’on se doit de retrouver une meilleure ambiance, pour le bien des travaux», a commenté Éric Lefebvre.   

«Aujourd’hui, je pense qu’on a dépassé une ligne», a-t-il ajouté.   

De son côté, la députée solidaire Christine Labrie a dénoncé sur Twitter l’«intimidation» qui a cours au Salon bleu. «Hier, j'ai vu une députée faire semblant de ronfler pendant qu'une ministre parlait en chambre. [Aujourd’hui], j'ai entendu François Bonnardel, au micro, dire de Gaétan Barrette ‘‘Personne ne veut de lui au Québec’’. Inacceptable, peu importe le parti», a-t-elle écrit   

Les cabinets de François Paradis et Simon Jolin-Barrette n’ont pas rappelé notre Bureau parlementaire. Marc Tanguay, lui, n’était pas disponible pour commenter.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.