/news/politics
Navigation

Anglade conserverait la loi 21, sans la clause dérogatoire

La candidate à la chefferie du Parti libéral a lancé sa campagne vendredi matin

Coup d'oeil sur cet article

Un gouvernement dirigé par Dominique Anglade ne déchirerait pas la loi 21 sur la laïcité, mais laisserait tomber la clause dérogatoire qui la protège des contestations judiciaires.

« Il n’y aura pas de renouvellement de clause nonobstant. C’est la démocratie, il faut que nos lois passent le test des tribunaux », a dit la candidate à la chefferie du Parti libéral vendredi lors du lancement officiel de sa campagne, dont le slogan est « Bâtir demain ».

La loi 21 interdit le port de signes religieux chez les policiers, les gardiens de prison, les juges ainsi que les enseignants. Déjà, elle est contestée devant les tribunaux. Mais le gouvernement caquiste a invoqué la clause dérogatoire, qui doit être renouvelée tous les cinq ans.

« Je ne vois pas comment le PLQ pourrait défendre une loi qui ne passe pas le test des tribunaux », a indiqué Mme Anglade.

La candidate s’oppose carrément à l’usage de la clause dérogatoire, peu importe le sujet.

« Ce n’est pas très libéral, utiliser cette clause. Même quand ça a été utilisé par des gouvernements libéraux, ça n’a jamais été renouvelé », a-t-elle expliqué.

La fiscalité verte

Mme Anglade a également présenté les grandes lignes de son plan de match environnemental : un « nouveau pacte économique sur le climat ».

Entre les solutions « radicales » de QS et le laisser-faire complet de la CAQ, il y a un entre-deux libéral, dit-elle. Elle promet d’adopter une loi sur le climat pour atteindre les cibles imposées par la science.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pour répondre à ce défi climatique, Mme Anglade estime que tous les leviers financiers et fiscaux de l’État doivent être mis à profit.

Elle rompt avec le message historique du PLQ : le marché du carbone n’est pas suffisant, et d’autres mesures fiscales devront être utilisées pour réduire l’empreinte carbone des Québécois.

Billette derrière Cusson

Mme Anglade va se frotter à un nouveau venu dans le parti, le maire de Drummondville Alexandre Cusson, qui annoncera aujourd’hui, à Sherbrooke, au conseil général du parti, qu’il se lance dans la course.

Il a déjà obtenu l’appui de la députée Marwah Rizqy. L’ex-député Stéphane Billette et ancien organisateur de Philippe Couillard s’est également rangé derrière M. Cusson.

Il est également pressenti pour organiser la campagne de M. Cusson. La députée Paule Robitaille devrait également annoncer qu’elle lui donnera son appui.

De son côté, le chef Pierre Arcand a demandé aux libéraux de faire une course propre. « On a des personnalités qui sont fortes au sein du parti. Ça va être mon rôle de m’assurer qu’il y ait de la discipline [...], de faire un débat d’idées en évitant les conflits personnels. »

— Avec la collaboration de Geneviève Lajoie