/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Laurence Jalbert: le goût de la Gaspésie

Laurence Jalbert
Photo Pierre-Paul Poulin Laurence Jalbert

Coup d'oeil sur cet article

Laurence Jalbert ravive ses souvenirs d’enfance en interprétant les grands succès country de Nana Mouskouri. La Gaspésienne se rappelle cette grande artiste grecque que sa mère écoutait abondamment et ses chansons qu’elle chérissait elle-même. Laurence se rappelle aussi que sa maman préparait les soupers la fin de semaine alors que son père était au fourneau la semaine. La chanteuse à la chevelure flamboyante nous attends au Maestro SVP, un restaurant de fruits de mer spécialisé dans les huîtres, sa place chouchou à Montréal. Elle est actuellement en tournée partout au Québec et elle lancera son deuxième livre le 7 novembre.

Questionnaire gourmand

Café ou thé ?

Je suis plutôt café. En fait, je prends un latté, et j’ai pour habitude d’en prendre deux dans la matinée. C’est comme un petit rituel, une habitude.

Café-croissant ou gruau et fruits ?

J’adore le gruau. D’ailleurs, j’emporte mon gruau avec des bonnes céréales et des noix mélangées lorsque je pars en tournée. C’est vrai qu’il y a quelque chose de réconfortant à manger du gruau, mais aussi sûrement pour les souvenirs d’enfance.

Beurre ou margarine ?

Vraiment le beurre, pour cuisiner et sur le pain.

Pain tranché ou baguette ?

Je serais plutôt baguette, bien croquante, avec du beurre.

Fromage ou dessert ?

Je ne suis pas dessert du tout. Même le chocolat ne me séduit pas. Un homme qui m’offrirait une boîte de chocolats pour me séduire devrait plutôt y aller avec des fleurs. Par contre, j’adore le fromage.

Viande ou poisson ?

Je mange de moins en moins de viande rouge. Je suis plus poissons et fruits de mer et j’adore les produits de ma Gaspésie chérie.

Salade ou frites ?

Les deux. Lorsque je suis au restaurant et que le serveur ou la serveuse me le propose, je suis bien contente. C’est vrai que de pouvoir manger des frites de temps en temps, cela ne se refuse pas. Mais j’aime aussi beaucoup la salade.

Végé ou carné ?

J’oriente mon alimentation afin qu’elle soit de plus en plus santé. La consommation de viande, surtout de la viande rouge comporte son lot d’avantages et d’inconvénients. Alors, j’écoute mon corps et mes envies. Mais il y a surtout de plus en plus de possibilités aujourd’hui de manger plus souvent végé. Les produits sont disponibles un peu partout, les options sont nombreuses. Je me souviens d’un de mes musiciens qui, lui, était végétarien et je peux te dire qu’il y a 25 ans, les options pour lui étaient très limitées : spaghetti sauce tomate ou pizza végétarienne.

Resto ou livraison ?

J’adore aller au restaurant. Mais j’avoue qu’en tournée, c’est moins évident. Il y a ma prestation sur scène, alors je pense à mon alimentation pour être au mieux. Mais aussi, on mange tard. Ce n’est pas facile d’avoir, dans ces circonstances, une alimentation équilibrée, alors parfois, je fais mes repas et je m’organise dans cet agenda particulier. Aller au restaurant est pour moi une fête.

Caramel ou chocolat ?

Ni l’un ni l’autre, c’est étonnant, mais je ne suis vraiment pas attirée.

Huile d’olive ou huile de canola ?

Huile d’olive, tout le temps, c’est tellement bon.

Gastronomie ou bistro ?

Aller dans un restaurant gastronomique est toujours un moment d’exception. Mais j’adore aller au restaurant avec mes enfants et mes petits-enfants. Alors, c’est vrai que pour les plus petits, ce n’est pas évident, et cela se comprend parfaitement, car c’est souvent plus long comme repas. Alors, je choisis bistro, car c’est plus dans mes habitudes de vie avec ma famille.

Bière ou vin ?

Le vin, principalement. Je ne suis pas une consommatrice de bière en général.

Blanc ou rouge ?

Vin, et de plus en plus le blanc plutôt que du rouge. Il faut dire que le rouge, surtout celui qui est tannique, laisse des traces colorées dans la bouche qui sont un peu plus voyantes lorsque l’on chante (rire).

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Généralement, un verre de vin blanc, un bon Chardonnay, un Sancerre. Sinon, oui, un verre de bulles, c’est bien bon aussi.

Présentez-moi votre accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi ?

Chez moi en Gaspésie, j’ai gardé les casseroles de ma maman. C’est important, car je vais moi aussi les transmettre à mes enfants. C’est empreint de souvenirs, d’amour, de saveurs qui te restent dans la mémoire, c’est la transmission de savoir et d’émotions, comme une chanson.

Pour vous, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

C’est évidemment un grand groupe, une grande tablée, le partage. J’aime préparer des mets simples, un avocat avec des légumes, une belle soupe de légumes, des salades mélangées, puis j’adore faire une grosse soupe de poisson, mais pas un petit bouillon là, une vraie soupe avec de bons gros morceaux de poissons, parfumée au safran, au fenouil, c’est tellement savoureux. Pour suivre, un bon fromage crémeux, puis pour les becs sucrés, un gâteau de la pâtisserie Rolland à Longueuil.

Avez-vous des habitudes culinaires lorsque vous êtes en tournée de spectacles ?

Je traîne en tournée mon sac d’oranges, mon petit presse-orange, je me fais de bons jus. J’ai toujours aussi des fruits séchés dans mon sac.

Racontez-moi une réalisation culinaire qui vous a marquée à vie.

Enfant, je me suis fait enlever les amygdales et lorsque je suis rentrée à la maison, ma maman m’a fait une purée de pommes de terre avec un œuf mélangé dedans, j’en ai mangé trois assiettes. Aujourd’hui, lorsque je passe une épreuve ou que j’ai le cœur gros, je me refais cette simplissime recette qui me réconforte tellement et qui me fait penser à ma maman.

Dites-nous que vous ratez les choses à l’occasion et qu’il vous est déjà arrivé de servir un plat raté...

J’adore manger et faire des plats avec des piments, genre, des piments bien piquants. Mais évidemment, quand c’est trop, c’est comme pas assez. Et dans ces circonstances, il m’est arrivé de servir des plats beaucoup trop piquants, voire carrément immangeables.

Meilleure expérience culinaire à vie ?

Laurence Jalbert
Photo Adobe Stock

Quelque chose de bien simple, mais c’était tellement merveilleux que je dois te le dire. J’ai invité, il y a quelques années à la maison en Gaspésie, la famille et les amis à une grosse dégustation de homards en pleine saison, puis les voisins sont arrivés à l’improviste, il y avait du monde partout autour de ma grande table, recouverte de homards, il y en avait pour les fous et les fins, c’était gargantuesque, mais si chaleureux. Un grand bonheur.

Ça sentait quoi chez vous, dans la cuisine, lorsque vous étiez petite ?

Nous n’étions pas riches et maman travaillait énormément, mon papa prenait la relève la semaine et il se débrouillait très bien. Maman nous faisait ses spécialités la fin de semaine et son poulet rôti était exceptionnel. Je n’en ai jamais remangé d’aussi bon. Sa soupe aux feuilles de navet était incomparable.

Fromage préféré ?

Le Riopelle de l’Isle, le Brie paysan de la Fromagerie du Presbytère... J’aime les fromages crémeux, double, triple crème, à croûte fleurie.

Carnets d’adresses

Vos restos préférés ?

Maestro SVP sur la rue St-Laurent à Montréal. J’adore les huîtres et, là, franchement, c’est merveilleux.

Vos restos préférés pour sortir faire la fête ?

Gusto à Longueuil, c’est une belle petite place sans prétention, mais bien agréable.

Une boutique chouchou ?

Pâtisserie Ô Gâteries Vieux-Longueuil, les viennoiseries et les pains sont merveilleux. En parlant de pain, je tiens à dire que mon fils est boulanger à la boulangerie Bouchard à L’Isle-aux-Coudres.

Produits culinaires chouchous ?

Je dirais le gingembre, j’en mettrais partout, c’est bon aussi pour la voix.

Recette fétiche ?

J’ai fait un jour une oie et malgré quelques désagréments avant de faire la recette, c’était vraiment délicieux.

Un produit chouchou ?

Le fumoir des Pêcheries Gaspésiennes, Rivière-au-Renard, Gaspé. Le turbot fumé est exceptionnel. Il faut absolument découvrir ce produit, c’est magique.

De quoi vous ne pouvez pas vous passer en cuisine ?

Des herbes fraîches, des épices et des piments forts.

Un coup de cœur culinaire ?

En fait, puisque je n’en fais pas moi-même, lorsque je vais au restaurant et que je vois du boudin sur le menu, c’est sûr que je vais le prendre. C’est presque toujours très bon, un vrai coup de cœur.

Gourmandise coupable ?

Presque deux fois par année, parce que c’est très drôle, lorsque je vais dans un dépanneur, j’achète des petites cigarettes en bonbon. Encore un souvenir d’enfance (rire).

Votre style de cuisine préférée ?

Je dirais spontanément la cuisine gaspésienne, car les produits chez nous sont incroyables et que j’en suis très fière.